Aller en haut de la page
Ouvrir le menu

Sites culturels et touristiques à découvrir

Jardins, musées, patrimoine historique, culturel ou naturel... À quelques dizaines de kilomètres de Paris, l’Essonne propose de nombreux sites patrimoniaux remarquables et uniques.

L'Essonne est particulièrement reconnue pour ses nombreux jardins, publics ou privés, qui témoignent de l'histoire de ce territoire. Citons les deux villes médiévales que sont Dourdan et Etampes proposant fortifications et autres vestiges remarquables du Moyen-Âge.

Les domaines de Chamarande (XVIIe) ou de Méréville (XVIIIe) ou encore les nombreux châteaux et jardins du XIXe jalonnant l'Essonne attestent de l'intérêt que ce territoire renferme en matière de patrimoine naturel. De façon idéale, son paysage combine de larges espaces préservés avec de nombreuses forêts et cours d'eau. Le nom d'Essonne ne vient-il pas de la déesse gauloise de l'eau "Acionna" devenu "Exona" dans les textes médievaux ?

À découvrir également dans les incontournables, le domaine de Courson, celui de Courances, le château et les jardins de Saint-Jean-de-Beauregard, célèbres pour ses fêtes des plantes, le château de Villeconin ou encore la Tour de Montlhéry, l'un des vestiges de l'histoire concernant le roi Louis XI.

D'autres lieux rendent compte de l'attachement viscéral d'artistes et de personnages historiques à ce territoire : la Maison Cocteau de Milly-la-Forêt, la Maison-atelier du peintre Léonard Tsuguharu Foujita à Villiers-le-Bâcle, la Maison littéraire de Victor Hugo au domaine des Roches...

Une abondance de lieux à découvrir selon votre envie

Des sites historiques ou culturels méritent aussi le détour. Le Cyclop, oeuvre démesurée de Jean Tinguely et de Niki de Saint Phalle, niché dans la forêt de Milly, l'église Saint-Suplice de Favières, la chapelle Saint-Blaise des simples, le cimetière et l'église orthodoxe de Sainte Geneviève des bois, l'église Saint-Médard de Brunoy ou la cathédrale de la résurrection, dernière cathédrale bâtie en France.

Difficile dans ce court panorama de ne pas citer les sites ou musées originaux qui chamarrent l'Essonne. Le musée volant Salis de Cerny, la verrerie d'art de Soisy-sur-École, le musée de la photographie de Bièvres et bien sûr le Conservatoire national des plantes à parfum, médicinales, aromatiques de Milly-la-Forêt.

Le Département de l'Essonne est le propriétaire et le gestionnaire de plusieurs établissements dédiés à l'art ou la culture. Répartis à travers tout le territoire, ils sont en général centrés sur un domaine particulier : photographie, peinture, lecture, art contemporain, art des jardins...

En complément

Infos pratiques et détails des lieux cités

Domaine départemental de Chamarande

Site patrimonial et culturel du Conseil départemental de l’Essonne, le Domaine de Chamarande présente un patrimoine historique, bâti et paysager qui s’inscrit dans un environnement exceptionnel, entre la forêt du Belvédère et la vallée de la Juine.

Labellisé "jardin remarquable" depuis 2005, le site s’étend sur 98 hectares, ce qui en fait le plus vaste jardin public du Département.

Situé au cœur du territoire, le Domaine réunit un château du XVIIe siècle, centre artistique et culturel, ainsi que les réserves de la collection du Fonds départemental d’art contemporain (FDAC), les Archives départementales et le centre d’hébergement Auguste Mione. Le Domaine de Chamarande a la particularité de proposer un projet artistique où dialoguent en permanence l’histoire du lieu, l’art des jardins et la création contemporaine.

Avec sa programmation éclectique alternant présentations d’artistes de renommée internationale et expositions d’artistes essonniens, animations, ateliers, concerts, spectacles, et cinéma en plein air, le site se transforme en un véritable espace d’ouverture culturelle à destination de tous les publics. Le Département se positionne ainsi comme un acteur essentiel du développement culturel et du rayonnement touristique de l’Essonne.

En complément

Informations pratiques

Domaine départemental de Chamarande
38 rue du commandant Arnoux
91730 Chamarande
Tél. : 01 60 82 52 01
Site internet : chamarande.essonne.fr
Courriel : chamarande(at)essonne.fr


Entrée libre - Toutes les manifestations sont gratuites

Accès
Situé à 30 km d’Évry et à 35 km au sud de Paris, le site est accessible par :
• RER C / Gare de Chamarande, à 200 m du Domaine
• N20 / Entre Arpajon et Étampes, sortie Étréchy-Chamarande

Essonne Mécénat : participez au rayonnement d’un patrimoine public d’exception

La fondation Essonne Mécénat, créée sous l’égide de la Fondation du patrimoine, a pour vocation d’apporter son soutien :
• à la préservation, la restauration et la valorisation du patrimoine ;
• à la conservation, restauration et acquisition d’œuvres et d’objets d’art pouvant compléter les collections de ses musées et domaines.

3 projets sont concernés actuellement, le Domaine départemental de Chamarande, celui de Méreville et la maison-Atelier Fouijta.

>> Particulier ou entreprise, vous êtes intéressé, cliquez ici.

Musée français de la photographie

Le musée français de la Photographie abrite une riche collection de matériels et d'images photographiques retraçant l'histoire conjuguée des techniques et des usages sociaux de la photographie.

 

La photo sous tous les angles


Inventée au milieu du XIXe siècle, la photographie est aujourd'hui partout. Mémoire familiale, mise en scène de soi, cartographie, exploration spatiale, enquête policière, diagnostic médical, guerre, journalisme, publicité, propagande politique, création artistique, études sociologiques, archéologie, éducation, architecture, recherche scientifique... Rares sont les activités humaines qui se passent des images photographiques.

Fort d'une exceptionnelle collection de près d'un million d'images, 25 000 matériels, plus de 50 000 documents imprimés (livres, manuels, catalogues, revues, affiches, etc.), de 1839 à nos jours, le musée français de la photographie ambitionne de raconter l'histoire de toute la photographie et toute l'histoire de la photographie !

Comment fait-on des photos en 1850, pendant la Première Guerre mondiale ou à la fin du XXe siècle ?Comment diffuse-t-on les images à une époque où on ne sait pas encore les reproduire dans les livres et les journaux ? Comment la chimie les fait-elle apparaître dans l'obscurité du laboratoire, bien avant que ne soient inventés ordinateurs, imprimantes et réseaux numériques ? Pourquoi est-on passé d'un artisanat complexe à une industrie florissante et une pratique quasi-universelle ? À quoi servent les milliards de photos produites, reproduites, classées, conservées et parfois oubliées ou jetées ?

Commencer à répondre à ces questions, et bien d'autres, en découvrant des images surprenantes, des objets mystérieux, des publicités amusantes, c'est, grâce au musée, s'attacher à comprendre notre "civilisation de l'image", à former son regard critique, à découvrir les petites histoires qui font la grande Histoire de l'image.

C'est ce que propose le musée à Bièvres sur 150 m2 d'exposition régulièrement renouvelée, au travers d'objets originaux, de diaporamas et films ou de livrets-jeux, accessibles dès le plus jeune âge.

 

Le musée français de la photographie, c'est aussi :


Des espaces pédagogiques
Doté de 240m2 d’espaces pédagogiques et d’un laboratoire photographique, le musée propose des ateliers de pratique et d’éducation à l’image pour les individuels et les groupes sur rendez-vous.

Un jardin paysager
Récemment aménagé, il vous invite à prolonger votre visite dans la verdure...

Un site internet
www.museedelaphoto.fr
Les collections y sont mises en ligne au fur et à mesure de leur numérisation.

En complément

Informations pratiques

Musée français de la Photographie
78 rue de Paris
91570 Bièvres
Tél. : 01 69 35 16 50
Courriel : musee.photo91(at)cd-essonne.fr
Site web : www.museedelaphoto.fr

Ouvert du mercredi au dimanche de 13h30 à 17h30
Fermé les lundis, mardis et jours fériés

Parking
Transports en commun : RER C (station Bièvres), bus 15 (arrêt Abbaye)

 

Droits d’entrée

3 € (plein tarif)

2 € (tarif réduit : familles nombreuses, étudiants, personnes retraitées, personnes handicapées)

Gratuit pour les jeunes jusqu'à 18 ans

Gratuit pour tous, le 3e week-end du mois

Maison-atelier Foujita

En 1991, Kimiyo Foujita fait don au Conseil départemental de l'Essonne du dernier atelier de son époux, le peintre franco-japonais Léonard Foujita. La Maison-atelier de Villiers-le-Bâcle, où rien ne paraît avoir bougé, offre un aperçu de l'univers intime de cet artiste.

Logo Maisons des illustres

La Maison-atelier Foujita a reçu en septembre 2011, le label "Maisons des Illustres" décerné par le ministère de la Culture et de la Communication à 111 lieux dont 3 lieux essonniens uniques : la Maison-atelier Foujita à Villiers-le-Bâcle, la Maison Jean Cocteau à Milly-la-Forêt et la propriété Caillebotte à Yerres.

 

La Maison-atelier Foujita

À la fin des années 1950, Foujita travaille avec l'éditeur d'art Pierre de Tartas qui vient de transformer à Bièvres un ancien moulin en centre d'art. Foujita s'y rend régulièrement et, au détour d'une de ces visites, découvre dans le village de Villiers-le-Bâcle, une petite demeure rurale en ruine. C'est un coup de cœur. En octobre 1960, Foujita l'achète. Ce sera sa dernière résidence. Il y entreprend des travaux d'envergure qui transforment radicalement la petite habitation du XVIIIe siècle. Fasciné par l'artisanat, attiré par le design et la modernité, il y aménage tout, jusqu'au moindre détail. En novembre 1961, Foujita prend enfin possession de son nouvel atelier.

La Maison-atelier Foujita, avec son jardin, ses pièces d'habitation au décor et au mobilier singulier et son atelier, nous invite à  pénétrer dans l'univers du célèbre peintre de l'École de Paris, artiste aux multiples facettes qualifié volontiers de "magicien" par ses contemporains.

En complément

INFORMATIONS PRATIQUES

Maison-atelier Foujita
7, route de Gif à Villiers-le-Bâcle (91190)

Tél. 01 69 85 34 65
Courriel

Plan d'accès

Comment s'y rendre
How to get there
• メゾン・アトリエ・フジタへのパリからの行き方


Les visites sont gratuites et exclusivement guidées

Sans rendez-vous
: samedi 14h-17h // dimanche 10h-12h30 & 14h-17h30
Sur rendez-vous en semaine et uniquement pour les groupes constitués d'au moins 5 personnes 

 

Liens externes

Musées exposant des œuvres de Foujita

> Musée d'art moderne de la Ville de Paris
> Musée des Beaux-arts, Reims

À l'international
• Musée national d'art moderne, Tokyo, Japon
• Musée départemental d'art moderner de Hokkaido, Sapporo, Japon
• Musée du petit Palais, Genève, Suisse


L'artiste

Né au Japon en 1886, Foujita arrive à  Paris en 1913. En quatre ans, l'ancien élève de l'École des Beaux-Arts de Tokyo devient l'un des artistes les plus célèbres de la capitale. Sa peinture, son sens de la fête et de l'amitié en font une personnalité incontournable de Montparnasse.

En 1931, il entreprend un voyage en Amérique latine, et en 1933, s'installe au Japon. Foujita ne quittera pratiquement plus son pays natal, jusqu'à  son retour définitif en France en 1950.

Il obtient la nationalité française en 1955 et se convertit au catholicisme en 1959. S'ouvre alors une nouvelle période dans la vie de Léonard Foujita : il délaisse ses thèmes favoris (portraits de femmes, autoportraits, chats) pour des thèmes religieux, et consacre les dernières années de sa vie à  la création d'une chapelle à  Reims, Notre-Dame de la Paix. C'est dans l'atelier, au dernier étage de la maison de Villiers-le-Bâcle où il s'était installé en 1961, que Foujita conçoit cette dernière grande œuvre.

Décédé en 1968, l'artiste repose à  Reims laissant une œuvre influencée par sa double appartenance culturelle.

Les grandes toiles de l'artiste

En 1928, Foujita, au faîte de sa notoriété, délaisse ses projets en cours pour réaliser une œuvre monumentale composée de quatre panneaux décoratifs de trois mètres par trois, qui constituent un ensemble de deux diptyques. Foujita considère ces tableaux comme ses œuvres les plus abouties, comme il l'écrit le 31 octobre 1931 à  son épouse Youki, alors que l'artiste s'apprête à quitter la France.

Ces quatre panneaux peints sur un fond blanc opalescent mis au point par l'artiste sont admirables de virtuosité et de délicatesse. Le sujet est obscur, et les titres choisis par Foujita - Grande Composition et Combats - n'en favorisent pas sa compréhension. Ces toiles offrent au spectateur la vision de deux univers opposés : l'un empreint d'une certaine douceur lascive, l'autre, plus tumultueux, semble répondre au premier.

L'artiste a puisé ses sources d'inspiration dans les compositions allégoriques classiques des grands maîtres comme Michel-Ange, Poussin, Vélasquez, mais aussi dans la sculpture de Rodin.

Ces toiles ont été exposées trois fois entre 1928 et 1929 à  Paris. Elles ont suscité l'admiration de tous, au point que certains critiques qualifièrent Foujita de "magicien ". Longtemps crues perdues, elles furent données par Kimiyo Foujita au Conseil départemental de l'Essonne en 1992, restaurées par le Département, exposées à  Chamarande en 2007 puis au Japon en 2008 et 2009, enfin à  Reims en 2010.

En février 2011, la ville de Reims et le Conseil départemental de l’Essonne se sont associés pour que ces toiles monumentales soient accessibles au public. Pendant cinq ans, c’est donc le musée des Beaux-Arts de Reims qui a accueilli cet ensemble exceptionnel permettant ainsi au plus grand nombre de découvrir cette œuvre majeure de Foujita. En 2016 et 2017, les toiles ont été prêtées à plusieurs musées japonais dans le cadre d’une exposition itinérante, elles sont de retour en France en 2018 pour les commémorations du cinquantenaire de la disparition de l’artiste.

 

 

Essonne Mécénat : participez au rayonnement d’un patrimoine public d’exception

La fondation Essonne Mécénat, créée sous l’égide de la Fondation du patrimoine, a pour vocation d’apporter son soutien :
• à la préservation, la restauration et la valorisation du patrimoine ;
• à la conservation, restauration et acquisition d’œuvres et d’objets d’art pouvant compléter les collections de ses musées et domaines.

3 projets sont concernés actuellement, le Domaine départemental de Chamarande, celui de Méreville et la maison-Atelier Fouijta.

>> Particulier ou entreprise, vous êtes intéressé, cliquez ici.

Domaine départemental de Méréville

Propriété du Conseil départemental de l'Essonne depuis décembre 2000, le domaine de Méréville s'apprécie comme le dernier exemple de jardin pittoresque conçu à la fin du XVIIIe siècle.

Un parc paysager remarquable

C’est essentiellement le projet d'un homme, grand financier et amateur d'art, le marquis de Laborde, qui va s'entourer des plus prestigieux concepteurs de jardins de son temps, François-Joseph Bélanger puis Hubert Robert, pour créer un parc dans le style à la mode depuis les années 1750 : les jardins paysagers ou anglo-chinois.

Du jardin à la française qu'il acquiert en 1784, le marquis de Laborde ne gardera rien ! Les jardins réguliers et potagers en terrasse qui entouraient le château sont entièrement remodelés pour créer des scènes de collines ondoyantes et de vertes vallées. Les allées rectilignes sont effacées au profit de petits chemins sinueux et ornés de calades qui serpentent et se jouent du visiteur, lui ménageant sans cesse des surprises et des échappées vers des scènes cachées. Les coteaux abrupts du plateau, qui constituent un décor naturel en amphithéâtre tout autour du jardin, sont dotés de grottes et d’enrochements dans lesquels il fait bon se rafraîchir l’été.

La Juine, rivière tranquille qui coulait en droite ligne au fond du jardin, est détournée pour créer îles, méandres et lacs. Des cascades viennent ponctuer les cours d’eau pour ajouter des effets sonores aux splendeurs du jardin. Méréville est aux antipodes de la nature domptée et domestiquée des jardins à la française, elle s’y veut sauvage et sublime. Les scènes de rochers évoquent la montagne et l’effroi que la Nature peut parfois susciter.

Méréville raconte le rapport de l’homme face à la Nature à la fin du siècle des Lumières. Le plus magique est que ce jardin est encore là aujourd'hui, secret, caché, enfoui parfois, mais prêt à se dévoiler à qui veut bien se le laisser conter...

En complément

Informations pratiques

Le Domaine départemental de Méréville est ouvert tous les week-end et jours fériés, d'avril à octobre, de 10 h à 18 h (entrée possible jusqu'à 17 h). 

 

Possibilités de visites guidées à 15 h sur réservation auprès de l'Office de tourisme de Méréville Tél. : 01 69 78 36 87


Pour les groupes scolaires, s’adresser à l’équipe des publics du domaine de Méréville
Tél. : 01 64 95 72 76 - Courriel : domainedemereville(at)cd-essonne.fr

 

Le Domaine de Méréville est un site classé au titre des Monuments historiques et des sites.

 

- Les animaux domestiques y sont interdits, même tenus en laisse.

 

- Les vélos sont également interdits sur le site.

 

- Les enfants doivent rester sous la surveillance constante de leurs parents.

 

- Règlement interne complet du Domaine de Méréville [pdf]

Appel à manifestation d'intérêt pour le château du Domaine départemental de Méréville

- Programme de la saison culturelle 2018 du Domaine départemental de Méréville [pdf]

- Programme des Journées européennes du patrimoine au Domaine départemental de Méréville [pdf]

 

 

Domaine de Méréville
plein écran
1/32
2/32
3/32
4/32
5/32
6/32
7/32
8/32
9/32
10/32
11/32
12/32
13/32
14/32
15/32
16/32
17/32
18/32
19/32
20/32
21/32
22/32
23/32
24/32
25/32
26/32
27/32
28/32
29/32
30/32
31/32
32/32

Essonne Mécénat : participez au rayonnement d’un patrimoine public d’exception

La fondation Essonne Mécénat, créée sous l’égide de la Fondation du patrimoine, a pour vocation d’apporter son soutien :
• à la préservation, la restauration et la valorisation du patrimoine ;
• à la conservation, restauration et acquisition d’œuvres et d’objets d’art pouvant compléter les collections de ses musées et domaines.

3 projets sont concernés actuellement, le Domaine départemental de Chamarande, celui de Méreville et la maison-Atelier Fouijta.

>> Particulier ou entreprise, vous êtes intéressé, cliquez ici.

Domaine départemental de Montauger, Maison de l'environnement de l'Essonne

Plongez dans un environnement préservé et propice à la sérénité. Un lieu atypique, à la fois classé Espace Naturel Sensible (ENS) et témoin d’une activité passée dont nous avons conservé quelques indices. À quelques pas de la ville, le Domaine départemental de Montauger vous donne l’occasion d’observer une faune heureuse, de sentir une flore prospère, tout en apprenant à les connaître. À vous de vous approprier ce havre de paix, de le respecter et de composer vos visites à votre guise.


 

Un parc au contact avec la nature

À l'ombre de ses grands arbres, en lisière de l’agglomération d’Évry et Corbeil-Essonnes, cet écrin de verdure a su conserver un caractère campagnard et pittoresque. Calme et secret, il vous enchantera par son patrimoine écologique et paysager caractéristique de l’Essonne.

Presque tous les paysages du territoire sont rassemblés ici : prairies, coteaux, haies, étangs, marais, roselières, mares et ruisseaux y composent une belle mosaïque d'habitats naturels pour la faune. 200 variétés anciennes de fruitiers et ceps de vignes sont également à découvrir. Vergers, vignes, potager, rucher, four à chaux, témoignent quant à eux d’un passé rustique plus modeste et laborieux.

Le parc est aussi un excellent point de départ pour partir à l’aventure vers les proches marais de Misery et Fontenay.



Maison de l’environnement : cultivez votre amour de la nature

Le Domaine départemental de Montauger abrite la Maison de l'environnement de l’Essonne, installée dans une demeure historique entièrement rénovée. Sa mission : sensibiliser le public aux problématiques de l'environnement.

De nombreuses activités, animations, événements y sont régulièrement organisés autour de la biodiversité et du développement durable, de même que des expos temporaires ou permanentes. Laissez-vous guider !

>> télécharger le guide des Rendez-vous nature [pdf]


Le point de départ de nombreuses découvertes

De nombreux points d’intérêt, représentatifs de l’environnement essonnien sont à découvrir aux abords du Domaine départemental de Montauger :
  

 

  • des espaces naturels sensibles départementaux comme le Grand Montauger (Lisses), la Grande Île (Mennecy), le marais de Misery (Vert-le-Petit, Écharcon), le marais de Fontenay-le-Vicomte, les forêts des Grands-Avaux et de la Coudraye (Champcueil) ou encore le marais et le site géologique d’Itteville ;
  • des espaces naturels communaux comme la Patte d’Oie à Mennecy ou le parc de Châteaubourg à Ormoy ;
  • des parcs et châteaux comme le parc de Villeroy à Mennecy ou le château du Saussay à Ballancourt-sur-Essonne;
  • des itinéraires départementaux de randonnée comme le Chemin des marais, Entre Brie et Gâtinais, Escapades en Val de Seine, au milieu coule la Juine (cartes sur demande).


 

La biodiversité, c’est important !

Le Domaine départemental de Montauger est un site protégé par son statut d’Espace Naturel Sensible (ENS). Il est géré selon des principes de gestion différenciée, c’est-à-dire par des méthodes d’entretien respectueuses :

  • aucun pesticide ou produit phytosanitaire,
  • recyclage des déchets verts en compost,
  • paillage avec des copeaux,
  • récupération d’eau,
  • plantation de mélanges fleuris et de plantes mellifères pour les insectes butineurs,
  • plantations privilégiant les essences locales ou les vivaces robustes,
  • fauche tardive des prairies pour permettre à la faune et à la flore de se développer,
  • pâturage écologique,
  • installation de nichoirs à oiseaux et de gîtes à chauves-souris,
  • limitation de la pollution lumineuse,
  • maintien d’arbres morts favorables aux insectes et aux champignons,
  • zones de tranquillité pour le repos, l’alimentation et la reproduction de la faune.

Devenir le maître des lieux

Le Domaine départemental de Montauger peut être loué. Son cadre exceptionnel est particulièrement propice au tournage de films ou encore aux séminaires, réunions et bien d’autres…

Tarifs : nous consulter

>> contact : Tél. 01 60 91 48 90 / courriels : montauger(at)cd-essonne.fr


À la découverte du Domaine départemental de Montauger
plein écran
1/27
2/27
3/27
4/27
5/27
6/27
7/27
8/27
9/27
10/27
11/27
12/27
13/27
14/27
15/27
16/27
17/27
18/27
19/27
20/27
21/27
22/27
23/27
24/27
25/27
26/27
27/27

En complément

 

INFORMATIONS PRATIQUES

Domaine départemental de Montauger, Maison de l’environnement en Essonne

 

Adresse :
Côte de Montauger
RD153 - 91090 LISSES
Tél. 01 60 91 48 90
Courriels : montauger(at)cd-essonne.fr 

Accès :
RER D : direction Malesherbes, arrêt gare de Mennecy, Domaine à 500 m.
Bus : arrêts à Mennecy - consultez www.transdev-idf.com
Route : Depuis Paris - A6 sortie n°9 Mennecy - RD 26 et RD 153 vers Mennecy, suivre Montauger.

Ouverture :

Printemps > 1er mai au 30 juin

Automne > 1er septembre au 31 octobre
Parc : du mercredi au dimanche, 9h - 18h
Maison de l’environnement : mercredi, samedi et dimanche, 13h - 18h

Été > 1er juillet au 31 août
Parc : du mercredi au dimanche, 9h - 19h
Maison de l’environnement : mercredi, samedi et dimanche, 13h - 19h

Hiver > 1er novembre au 30 avril
Parc : du mercredi au dimanche, 9h - 17h
Maison de l’environnement : mercredi, samedi et dimanche, 13h - 17h

Fermé les jours fériés, et pendant les 7 premiers et 7 derniers jours de l’année

Fermeture en cas d’intempéries (vigilances orange ou rouge Météo-France) 

Médiathèque départementale de La Ferté-Alais

Située sur la commune de La Ferté-Alais, la médiathèque départementale est un service du Conseil Départemental qui favorise l'accès au patrimoine culturel et artistique.


Elle offre un vaste panorama de toutes les publications afin que chacun puisse accéder à  ce qu'il souhaite : romans, documentaires, revues, CD audio, DVD documentaires et de fiction... Plus de 100 000 titres, tous supports confondus sont à  la disposition gratuite du public.

En complément

Informations pratiques