Culture - Sports - Tourisme

EM Fest 2022 : la culture africaine contemporaine à l’honneur du 28 janvier au 6 février

Après une 4e édition, réinventée en version numérique en raison du contexte sanitaire, l’EM Fest (Essonne Mali Festival) revient sous sa forme originelle, du 28 janvier au 6 février, pour mettre à l’honneur l’Afrique contemporaine riche de ses traditions et ouverte au monde. Marraine de l’édition 2021, la chanteuse Fatoumata Diawara renouvelle l’expérience avec un concert en point d’orgue et en clôture de cet événement. Comme chaque année, la programmation sera riche entre musiques, théâtre, contes, cinéma et expositions.

 « L’EM Fest a su s’imposer comme un temps fort de la vie culturelle locale et rencontre beaucoup de succès auprès des publics jeunes ou adultes. Cette année encore, il proposera une programmation riche pour faire découvrir aux Essonniens les richesses artistiques du Mali et de l’Afrique contemporaine. »

François Durovray, Président du Département de l’Essonne

L’EM Fest, festival des arts et cultures maliens, est issu d’une longue amitié entre l’Essonne et le Mali. Cette 5e édition sera marquée par plusieurs temps forts.

Du théâtre pour ouvrir les festivités

Après le succès des Énigmes du Kongka, la compagnie BaroDa/Culture en Partage revient en France pour présenter Kalach Story. Cette œuvre théâtrale poétique, créée à Bamako, puise dans le patrimoine malien des arts de lareprésentation (masques, marionnettes, danse). Une kalachnikov personnifiée raconte son « aventure africaine » à travers un dialogue avec le boy, son serviteur. Le spectateur assiste aux tentatives de manipulation de ceux qui se laissent happer par la violence. Un spectacle dynamique porté par la vivacité du jeu avec des costumes époustouflants.

=> Vendredi 28 janvier, à 20h30, Théâtre de l’Arlequin, Morsang-sur-Orge

La rencontre autour de la littérature sub-saharienne, à l’Auditorium de la médiathèque de l’Agora d’Évry

Une soirée à la rencontre de la littérature de l’Afrique sub-saharienne sera animée par le journaliste Bernard Magnier, également directeur de la collection « Afriques » aux Éditions Actes Sud. Le réseau des médiathèques de Grand Paris Sud a en effet enrichi ses collections et propose cette rencontre qui se veut une découverte des parcours, des livres et, surtout, une invitation à la lecture.

=> Vendredi 28 janvier, de 18h à 20h, médiathèque de l’Agora d’Évry-Courcouronnes

Les contes de Sylvie Mombo

Sylvie Mombo ouvre grand son répertoire : contes traditionnels venus des quatre coins du globe, histoires de son cru, fables et poésies… L’artiste met son goût du verbe à l’honneur pour raconter la vie toute en contes et en musique, accompagnée de Mohamed Champion au chant et à la guitare et de Sylvain Dupuis à la calebasse. Un moment à partager en famille.

=> Samedi 29 janvier, à 16h, Médiathèque départementale Lazare Carnot, La Ferté-Alais

Concerts de Moriba Diabaté et Mohamed Champion

Moriba Diabaté, chante depuis son plus jeune âge, initié par son père Mamady Diabaté, grand guitariste du pays mandingue. Il entame sa carrière solo en 1997 puis intègre l’orchestre du District de Bamako. En 2017, il participe à l’album Lamomali avec Matthieu Chedid et Toumani Diabaté.

L’artiste Mohamed Champion, virtuose de la guitare, mélange harmonieusement la musique traditionnelle mandingue de Guinée au jazz américain teinté de funk, salsa, soul ou encore afro-beat. Il crée un style nouveau qui remporte l’adhésion du public avec la création du groupe Complète-Mandingue en 2015.

=> Vendredi 4 février, à 20h30, Théâtre Mobile, complexe sportif Jean Ségalard, Cerny

Clap de fin avec Fatoumata Diawara

Le Plan et la Scène nationale de l’Essonne Agora-Desnos accueillent Fatoumata Diawara en concert exceptionnel. Reconnue comme l'une des plus belles voix de la musique africaine moderne, Fatoumata Diawara est aussi une artiste aux multiples facettes qui se nourrit des rencontres et des métissages de cultures. On a pu la voir aux côtés de Mulatu Astatké, Oumou Sangaré, Hindi Zahra, Herbie Hancock, Matthieu Chédid ou encore Damon Albarn. Surtout, avec ses deux albums, notamment Fenfo en 2018, elle associe avec une grande fluidité les sonorités d’instruments traditionnels (kora, kamele n’goni) à une approche moderne de la production, au fil de chansons interprétées en bambara, qui lorgnent du côté du blues comme du funk ou de l’afro-pop.

=> Dimanche 6 février, à 18h, Scène nationale de l’Essonne Agora-Desnos, Evry-Courcouronnes

« En cette période particulière, marquée par une crise sanitaire sans précédent, ce festival est aussi pour nous l’occasion d’affirmer notre engagement sans faille auprès de celles et ceux qui œuvrent sur le territoire pour que la culture soit partagée dans toute sa diversité par le plus grand nombre d’Essonniens. »

Sandrine Gelot, Vice-présidente en charge de la culture des sports, de la jeunesse et de la vie associative

Ce festival s’inscrit dans le cadre de la coopération historique entre le Département de l’Essonne et le Mali. La collectivité a renouvelé en 2019 son partenariat avec les Cercles de Diéma, Douentza et Nioro-du-Sahel au Mali. Celui-ci s’appuie sur un réseau de collectivités et d’associations essonniennes et maliennes (le réseau Essonne-Mali, RésEM), et se traduit par la conduite d’actions d’aide au développement au Mali et par des temps d’animation et de sensibilisation en Essonne, visant à favoriser les rencontres interculturelles.

Contact Presse

Luce Margonty
Portable : 06 08 10 50 84
Courriel : lmargonty(at)cd-essonne.fr