Sorties

Bienvenue au vélorail de la Vallée de la Juine !

Publiée le : , dernière mise à jour : 01.08.2022

Au cœur de la vallée de la Juine, offrez-vous un moment d’évasion insolite en embarquant à bord d’un de ces drôles d’engins sur une ancienne voie de chemin de fer… Notre équipe a testé le parcours entre Saint-Cyr-la-Rivière et Etampes.

De loin, ils ressemblent à des wagons de petit train touristique. Mais à y regarder de plus près, ces véhicules insolites s’apparentent plus à des vélos montés sur des charriots agrémentés de bancs pour les passagers. Bienvenue au vélorail de la Vallée de la Juine ! Lancée le 9 juillet, cette activité inédite en Essonne affiche tous les jours complet depuis, au départ de Saint-Cyr-la-Rivière. Aujourd’hui, Annick et Alain sont venus de Morigny-Champigny avec leur petit-fils Andrea, 10 ans. « C’est une sortie ludique pour les vacances, à seulement 20 minutes de chez nous. On a apporté le pique-nique et on va profiter du bon air ! » annonce Annick. Jusqu’à 6 personnes (adultes et enfants) peuvent embarquer à bord d’un vélorail, 3 qui pédalent et 3 qui se reposent en contemplant le spectacle de la nature…

Dans la « salle d’attente » en plein air, le voyage commence par 5 minutes d’explications et de conseils aux visiteurs : « Le parcours fait 6 km aller et 6 km retour entre Saint-Cyr et Etampes. Les vélorails à bord desquels vous allez grimper sont pourvus d’un pédalier à assistance électrique, un autre classique, un pour enfant et de freins pour ralentir ou s’arrêter. Nous vous demandons de laisser au moins 50 m entre chaque véhicule et de respecter les arrêts indiqués. » Seuls bagages nécessaires : eau, casquette et/ou lunettes de soleil, même si chaque vélorail est pourvu d’un toit, adapté aux jours de forte chaleur et équipé de panneaux solaires, pour la recharge naturelle de l’assistance électrique.

« J’ai l’impression d’être parti loin ! »

C’est parti pour 2 heures de balade en pleine verdure au cœur de la vallée de la Juine. En serpentant sur les voies légèrement vallonnées, nous traversons forêts et pinèdes, confortablement installés sur le banc arrière et sans bruit de ferraille contre les rails, car les roues sont en caoutchouc. A l’avant, Alain et Annick appuient sans effort sur les pédales. « Nous faisons beaucoup de vélo à assistance électrique, mais ici un seul suffit si nous pédalons à deux. C’est très facile. » La vitesse moyenne est de 10 km/h et par mesure de sécurité, l’assistance électrique s’arrête à 15 km/h. Habitué au vélo et à la trottinette, Andrea affiche lui un sourire jusqu’aux deux oreilles : « J’adore regarder les paysages pendant qu’on roule, j’ai l’impression d’être parti loin en voyage, pas tout près de chez moi ! »

En chemin, nous passons devant l’ancienne gare de Boissy-la-Rivière, toujours habitée et typique des années 1950. Un vestige de l’histoire de cette ancienne voie de la SNCF désaffectée. « Nous sommes sur la même voie que le RER C qui s’arrête à Saint-Martin-d’Etampes et qui date du début du XXe siècle, raconte Gaëtan Jayle, urbaniste, passionné de mécanique et salarié de l’entreprise Railvert qui exploite le vélorail. Jusque dans les années 1960, des michelines circulaient encore ici. Mais en 1969, la SNCF a fermé la ligne entre Etampes et Méréville. » Entretenue jusque dans les années 1980, la voie est depuis laissée à l’abandon.

Sauver une ligne de l’abandon

En 2017, Philippe Rainsant, entrepreneur passionné de ferroviaire et lui-même conducteur de trains à vapeur, lance alors l’idée de créer un vélorail sur cette ancienne voie ferrée avec sa société Railvert. Ingénieur de formation, il conçoit lui-même les véhicules qui seront ensuite assemblés sur place. Le projet est soutenu par le Département de l’Essonne, qui récupère la gestion de la ligne de la SNCF en 2021 et engage les travaux d’aménagement : réouverture de la voie ferrée, nettoyage, sécurisation, travaux écologiques et paysagers, rénovation des équipements ferroviaires, petits équipements et signalétique (290 000 euros engagés entre 2021 et 2022, 440 000 euros prévus entre 2022 et 2026). SNCF Réseau, le Comité départemental du tourisme, la Communauté d’agglomération de l’Etampois Sud Essonne et les communes traversées sont également partenaires du projet.

L’exploitation est confiée à l’entreprise Railvert. « Ce vélorail est aussi un moyen de sauver une ligne du patrimoine ferroviaire de l’abandon », note Gaëtan Jayle. Prochaine étape : l’aménagement de la voie sur l’ensemble du tracé en 2023, jusqu’à Méréville et son domaine départemental lui-aussi en cours de restauration. Soit un parcours aller-retour de 24 km au total, avec un accès possible depuis Paris via le RER C à Etampes.

En complément

Contact

Réservations sur le site veloraildelajuine.fr