L'actualité Santé Social

Journée internationale des droits des femmes

Cette année, le Conseil général de l'Essonne a choisi de célébrer la Journée internationale des droits des femmes en s’attaquant aux clichés filles/garçons véhiculés dès les premières années de la vie. Voici quelques pistes pour en finir avec les idées reçues de "vrai garçon" ou de "vraie fille" qui se glissent encore trop souvent dans les livres, les discours ou les pratiques de la vie quotidienne.

Share
Agrandir la taille du texte Diminuer la taille du texte
0 vues
Détail de la campagne sur les clichés filles/garçons du Conseil général de l'Essonne

Il y a quelques jours, le 1er mars, des pointures du monde littéraire étaient réunies à l’université d’Évry pour un colloque sur la "littérature stéréotypée", organisé à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes 2013 -voir notre article et notre vidéo sur le colloque-.

Pourquoi avoir choisi ce thème si particulier ? "Parce qu'on a toujours lu des livres aux enfants, explique-t-on à la Mission citoyenneté et accès au droit (MCAD) du Conseil général, qui co-organisait l’événement, avec la Bibliothèque départementale de l’Essonne (BDE). Et qu’on s’est aperçu que la littérature véhicule beaucoup de stéréotypes dans sa façon de représenter le féminin et le masculin." Un exemple parmi d’autres : la célèbre collection "Petit Ours Brun", avec Maman Ours en tablier devant les fourneaux et Papa Ours fumant la pipe en lisant le journal...

"L’objectif de cette journée était de demander aux professionnels du monde littéraire, éditeurs, libraires, bibliothécaires ou journalistes, ce qu’ils pensent de ces stéréotypes et comment certains d’entre eux agissent déjà pour les déconstruire, afin de dégager des bonnes pratiques à étendre à d’autres domaines." La maison d’édition Talents Hauts par exemple, créée en 2005 et invitée au colloque, ne publie que des ouvrages pour enfants et adolescents qui racontent des histoires non sexistes: des livres où les héros peuvent être des héroïnes, où les garçons ne sont pas les seuls à se battre contre des dragons et où les princesses ne passent par leur temps à dormir dans un bois...

"Dans les livres comme dans la société, les rapports entre les sexes ont bougé, analyse la sociologue Sylvie Cromer, qui a étudié les stéréotypes de genre dans les albums de jeunesse et qui participait au colloque. Mais malgré tout, les stéréotypes perdurent car le masculin est toujours mis en avant, il est toujours mieux à même de représenter l’universel."

2 fois + de héros que d’héroïnes dans les albums pour enfants

Livret “Littérature de jeunesse non sexiste”, association Adéquations, mars 2011

Lutter contre les clichés

C’est pour "tordre le cou" une fois pour toutes à ces clichés que le Conseil général de l’Essonne vient de lancer une campagne visant à "déconstruire les stéréotypes de genre dès le plus jeune âge". Vous avez peut-être déjà aperçu l’affiche ci-contre dans les abribus du département...

"En jouant avec les messages et les idées préconçues liées aux filles et aux garçons, ce sont d’abord les parents et donc les adultes que nous avons voulu toucher", précise-t-on à la MCAD. Et à travers eux, éviter que le sexisme ne soit inté gré par les enfants dès leur plus jeune âge. En parallèle à cette campagne grand public, plusieurs actions concrètes sont en cours de lancement dans différents lieux gérés par le département, en lien avec les pistes dégagées lors du colloque.

À la crèche départementale par exemple, les petits garçons et les petites filles ont déjà le choix de jouer aux camions comme à la poupée. Désormais, les livres mis à leur disposition ne devront plus véhiculer aucun stéréotype existe. Idem dans les salles d’attente des 60 centres de protection maternelle et infantile de l’Essonne. Par ailleurs, la BDE va s’enrichir de nouveaux livres, films ou expositions intégrant la question des stéréotypes de genre*.

Enfin, des ateliers d’écriture devraient être prochainement mis en place dans les collèges, en partenariat avec les éditions Talents Hauts : un espace d’expression où les élèves pourront livrer leur vision des relations filles/garçons ou de la répartition des tâches domestiques à la maison. Des actions qui font partie du Plan du Conseil général pour l’égalité entre les femmes et les hommes et qui seront déclinées tout au long de l’année. Pour que le 8 mars ne se résume pas à une seule journée...

 
* Un fonds documentaire sur l’émancipation féminine sera notamment disponible à la Médiathèque départementale de La Ferté-Alais.

Dernières actus

Economie sociale et solidaire

L'économie pour s'insérer

Le Conseil général de l'Essonne lance un appel à projets auprès de l'ensemble des structures essonniennes du secteur de l'insertion par l'activité économique afin d'encourager la mutualisation de moyens, mieux connecter ce secteur au monde...

Solidarité

Appel à projets nutrition

Le Conseil général lance un appel à projet nutrition en faveur des plus démunis dans le cadre de son plan départemental de lutte contre la pauvreté. Les projets doivent être envoyés avant le 07 octobre 2014.

Aussi dans l'actualité de
SANTE SOCIAL

Suivez essonne.fr
Share
Agrandir la taille du texte Diminuer la taille du texte
0 vues