En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies pour améliorer le fonctionnement de notre site.
 Pour gérer et modifier ces paramètres, cliquez ici

Share
Agrandir la taille du texte Diminuer la taille du texte

Toute personne en situation de handicap peut prétendre à une insertion professionnelle en tant qu’apprenti dans l’élaboration d’un projet professionnel qualifiant. Aucun critère d’âge limite n’est plus imposé depuis 2013.

La personne handicapée ou son représentant légal doit formuler une demande à la MDPH. En effet, l’apprenti a un statut de salarié et il est essentiel qu’une reconnaissance de travailleur handicapé (RQTH) puisse être prononcée.

L'équipe pluridisciplinaire d’évaluation (EPE) de la MDPH évalue la compatibilité du handicap avec le poste occupé et formule ses propositions à la CDAPH.

Il est important de rappeler qu’il existe des contre indications médicales à l’exercice de certains métiers et qu’il est préférable d’anticiper la faisabilité du projet.

Des droits spécifiques sont ouverts à l’apprenti travailleur handicapé, en matière de durée de formation, en matière d’aménagement de poste si cela est possible, mais aussi en matière de rémunération.

Qui peut aider la personne handicapée ?

Les missions locales, Cap emploi, les Centre d’information et d’orientation (CIO), peuvent aider les personnes à l’élaboration de leur projet et les orienter au mieux sur les dispositifs existants.

Des référents de parcours existent auprès de ces institutions dont leur rôle est d’orienter au mieux la personne dans sa recherche de formation. Des appuis existent auprès du Conseil régional et de l’AGEFHIP.