En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies pour améliorer le fonctionnement de notre site.
 Pour gérer et modifier ces paramètres, cliquez ici

Share
Agrandir la taille du texte Diminuer la taille du texte
254 vues

Un enfant, de sa naissance jusqu’à 20 ans, peut bénéficier d’une reconnaissance de son handicap afin qu’une aide lui soit apportée, soit en matière d’orientation scolaire ou d'établissements, soit en matière d’aides financières pour compenser son handicap.

Le ou les parents doivent effectuer une demande à la MDPH (dépôt d’une demande) dès que le handicap est décelé et qu’il est estimé un besoin de compensation. Aucun critère d’âge n’est requis pour ouvrir un droit à compensation. La famille est obligatoirement associée au projet.

Incidences

Selon la tranche d’âge, les problématiques sont différentes et donc, les réponses à apportées sont modulables en fonction des besoins repérés.

Les critères d’ages retenus

Quatre grandes tranches d’âge permettent de définir les situations spécifiques et les réponses adaptées à chacune :

 

Les aides et prestations

Si votre enfant présente un handicap diagnostiqué à la naissance ou en cours de vie, vous pouvez saisir la MDPH afin qu’une aide vous soit apportée. L’équipe pluridisciplinaire d’évaluation (EPE) évaluera les besoins de compensation et une série d’aides sera proposée à la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH) pour attribution.

Il peut s’agir d’aides financières (AEEH et compléments), de compensation comme de l’aide humaine ou technique par le biais de la prestation de compensation du handicap (PCH). 

Par principe, tout enfant handicapé bénéficie d’un droit à une scolarité, et donc, de ce fait d'une inscription scolaire dans la classe d'âge correspondant. Cependant, des dispositions spécifiques peuvent être prises au vue des contraintes rencontrées : mise en œuvre d’une auxiliaire de vie scolaire (AVS), mise en œuvre d’un matériel pédagogique (MPA), aménagements pédagogiques, aide au transport (transports scolaires).

Dans le cas d’un handicap dont la gravité ne permet pas le maintien en milieu ordinaire, une orientation en milieu protégé par une prise en charge en établissement peut être préconisé : IME, IEM, ITEP,… ou un service de soins et d’accompagnement (SESSAD).