En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies pour améliorer le fonctionnement de notre site.
 Pour gérer et modifier ces paramètres, cliquez ici

Share
Agrandir la taille du texte Diminuer la taille du texte

Santé Social

L'aide aux victimes

Viols, mutilations sexuelles féminines, violences conjugales, prostitution, harcèlement sexuel, mariages forcés, crimes dits "d’honneur", polygamie... Chaque année en France, les victimes de violences faites aux femmes se comptent par centaines de milliers.


Violences au travail

Le monde du travail est, au même titre que les espaces publics ou la cellule familiale, un lieu où les femmes sont exposées aux violences sexistes et sexuelles de certains hommes (injures, agressions physiques, harcèlement sexuel, agression sexuelle, viol, pornographie, incitation à la prostitution...).

Violences conjugales

Les violences conjugales recouvrent une réalité allant de la violence psychologique (contrôle, autoritarisme, menaces, humiliation, dénigrement) à la violence physique et sexuelle (le viol conjugal est un crime depuis 1992). Les peines sont fonction de la "gravité" des faits : de la simple amende à de la prison ferme. Le conjoint coupable de violences peut également être astreint à un suivi thérapeutique. La loi punit globalement plus sévèrement le meurtre, le viol, les agressions sexuelles quand ils sont commis au sein d’un couple, même séparé.

Agressions sexuelles

Les violences sexuelles sont des violences en rapport avec la sexualité de l'agresseur et de l'agressé. Ce sont parfois des mots (des attitudes dans le cas du harcèlement sexuel), mais aussi des actes, des pratiques sexuelles infligées à une personne qui les refuse. Pour les imposer, l'agresseur utilise la force physique, les brutalités, les menaces ou encore la persuasion ou le chantage affectif; il peut également abuser de son pouvoir lorsqu'il est en position d'autorité. Elles sont jugées au Tribunal correctionnel et passibles de cinq ans d'emprisonnement et de 75 000 euros d'amendes La loi de 1980 qualifie de viol: "Tout acte de pénétration qu'il soit, commis sur la personne d'autrui par violence, contrainte, menace ou surprise est un viol" (article 222-23 du Code Pénal). Le viol est jugé en Cour d'assises et est passible de 15 ans de réclusion criminelle, 20 ans en cas de circonstances aggravantes (depuis 1992, le viol conjugal est reconnu comme une circonstance aggravante).

Harcèlement sexuel

Le harcèlement sexuel est le fait de harceler autrui dans le but d'obtenir des faveurs de nature sexuelle. Les manifestations du harcèlement sexuel peuvent être non verbales (regards, exhibition du sexe, pornographie), physiques (frôlements, attouchements, baisers) ou verbales (invitations, remarques, questions ou confidences sur la vie sexuelle de la victime ou de l’agresseur, propositions sexuelles). Le harcèlement sexuel est constitué même en cas d’acte unique ; une menace peut suffire. Le délit de harcèlement sexuel est reconnu par la loi depuis 1992 et puni d'un an d'emprisonnement et 15000 euros d'amende.

Prostitution

La prostitution est considérée en France comme une violence à l'encontre des femmes. La prostitution n’est pas interdite. Seuls le proxénétisme et le racolage sont réprimés. Le proxénétisme est puni de sept ans d’emprisonnement et de 150 000 euros d’amende. Le racolage peut être puni de deux mois d'emprisonnement et 3750 euros d'amende.

Mariages forcés

En France, une femme est libre de se marier, elle est également libre de refuser le mariage. Le mariage exige le consentement mutuel entre les futurs époux. S’il est prouvé qu’un mariage a été forcé, il peut être annulé jusqu’à cinq ans après la célébration.

Mutilations sexuelles

En France, il est interdit de pratiquer des mutilations sur les organes génitaux féminins, notamment l’excision et l’infibulation. Les mutilations sexuelles, peuvent entraîner des infections, des maladies, des rapports sexuels très douloureux, des grossesses et des accouchements à risques, et même la mort. Ces pratiques sont interdites, la sanction pouvant aller jusqu’à 20 ans d’emprisonnement.

Si vous pensez être ou avoir été victime de violences, des professionnels sont à votre écoute et proposent des permanences dans de nombreuses villes en Essonne.

En Essonne
• Centre d’information sur les droits des femmes et des familles en Essonne: 01 60 79 42 26
• Mouvement du Nid en Essonne (lutte contre la prostitution): 01 60 46 61 61
• Paroles de Femmes: 01 69 20 30 50
• Femmes Solidarité 91: 01 60 78 45 66
• Mouvement Français pour le Planning Familial 91: 01.69.45.06.09
• Femmes Solidaires : 06 83 52 64 68

Au niveau national
• Violences Femmes Info (Plateforme nationale d'écoute et de conseil téléphonique): 39 19
• Viol Femmes Informations: 08 00 05 95 95
http://www.stop-violences-femmes.gouv.fr 

Bonne pratique départementale

Un répertoire d’actions d’information et de prévention des comportements et violences sexistes et sexuels en direction des jeunes a été réalisé par le CRPVE (Centre de ressources politique de la ville en Essonne), en partenariat avec le Conseil départemental, la Direction Académique des Services de l’Education Nationale et la Mission départementale pour les Droits des femmes et l’Egalité. Le répertoire est téléchargeable et consultable en ligne :
http://www.crpve91.fr/Bases_de_donnees,_repertoires/index.php 

La sous-commission départementale de lutte contre les violences faites aux femmes au travail a publié l'enquête départementale recensant ces violences dans le monde professionnel en Essonne. Retrouvez ici les résultats [pdf].