Aller en haut de la page
Ouvrir le menu

Une main tendue

Publié le : 20.02.2019, dernière mise à jour : 20.02.2019

Depuis dix ans, dans les communes du Val d’Yerres-val de Seine, l’association Léa vient en aide aux femmes victimes de violences conjugales, de harcèlement ou d'agressions sexuelles. Elle les héberge dans des logements transitoires le temps de se reconstruire.

Lea vient en aide aux femmes victimes de violences conjugales©Gettyimage

Le chiffre est connu, mais reste intolérable: en France, une femme meurt tous les trois jours sous les coups de son conjoint. Dans les communes du Val d’Yerres-Val de Seine*, Léa accompagne des victimes de violences conjugales, de harcèlement, de sévices et d’agressions sexuelles.

"Ces violences s’exercent souvent au domicile familial. Nos 68 hébergements transitoires mettent les victimes et leurs enfants en sécurité, si possible en restant dans leur commune. Elles évitent ainsi un déracinement total, le changement d’école des enfants. Ce dispositif réduit considérablement le retour au domicile conjugal", détaille d’une voix calme mais déterminée Patricia Rouff, fondatrice et directrice de l’association créée en 2009.

 

Accompagnement adapté

En 2018, Léa (Lieu-écouteaccompagnement) a hébergé 20 familles, soit 73 femmes et enfants. Sa ligne d’écoute téléphonique anonyme a reçu près de 2 500 appels. L’accueil de jour mis à disposition par la ville de Yerres et les permanences ont reçu 188 femmes et 351 enfants. "Les victimes trouvent une écoute bienveillante, un soutien psychologique, un accompagnement adapté", poursuit la directrice, par ailleurs administratrice de la Fédération nationale Solidarité Femmes (FNSF).

Cette année, grâce aux subventions du Département, Léa part à la rencontre des collégiens essonniens. Objectif ? Lutter, dès l’adolescence, contre les stéréotypes sexistes et les violences en milieu scolaire. "Les mentalités évoluent dans le bon sens, reconnait Patricia Rouff. La parole des victimes se libère. Leur prise en charge s’améliore". Mais le chemin à parcourir est encore long : moins d’une victime sur cinq se déplace au commissariat pour porter plainte.

** Yerres, Brunoy, Crosne, Épinay-sous-Sénart, Boussy-Saint-Antoine, Quincy-sous-Sénart, Montgeron, Vigneux-sur-Seine et Draveil.

 

Ligne d’écoute Léa (7 jours sur 7 de 9h à 22h) : 06 50 179 179

associationlea.fr

Numéro national d’urgence pour les femmes victimes de violences : 39 19

Dernières actus

Social

Bienvenue dans votre Maison !

Une seule adresse pour répondre au mieux aux besoins des Essonniens : c’est le principe des nouvelles Maisons de l’Essonne qui vont voir le jour sur l’ensemble du territoire. La première ouvre ses portes à Viry-Chatillon le 18 juin. Revue de détail...

Covid19

Déconfinement : le Département distribuera un masque à chaque Essonnien

Dans la perspective du déconfinement, le port de masques de protection sera essentiel pour continuer à lutter contre le Covid-19. Pour y parvenir, le Département de l’Essonne a commandé 1,5 million de masques en tissus lavables et réutilisables, à...