Aller en haut de la page
Ouvrir le menu

La tuberculose sous contrôle

Publié le : 26.03.2019, dernière mise à jour : 26.03.2019

Chaque année, la Journée mondiale de la tuberculose du 24 mars rappelle l’importance d’une prévention et d’une prise en charge précoce face à cette épidémie redoutable. Objectif de l’OMS : son éradication complète d’ici à 2035.

©Gettyimages

La France est considérée comme étant un pays de faible incidence pour la tuberculose. Cela n’empêche pas le Département de l’Essonne d’être pleinement engagé contre la maladie, à travers son centre de lutte antituberculeuse (Clat 91).

Dépister, éviter le développement de la maladie

Le Clat 91 regroupe une équipe de cinq médecins, six infirmières et cinq administratrices déployée sur six antennes à Évry, Corbeil-Essonnes, Brétigny-sur-Orge, Étampes, Juvisy-sur-Orge et Massy. "Nous intervenons dès qu’un cas de tuberculose sur le territoire nous est signalé par un médecin" indique le Dr Sandrine Gualdoni, responsable du Clat 91. "Notre rôle est d’identifier, avec l’aide du malade, tous les proches avec lesquels il a eu des contacts réguliers au cours des trois derniers mois, afin de leur proposer un dépistage. L’enjeu est de repérer les personnes contaminées, à un moment où elles ne sont ni malades ni contagieuses, puis de leur prescrire un traitement préventif, pour éviter le développement ultérieur de la maladie. Notre suivi peut durer jusqu’à 24 mois".

Autre mission du Clat 91, le dépistage des publics les plus exposés au risque de tuberculose. "Nous sommes les seuls en Île-de-France à déployer, depuis 2013, un programme d’actions systématique en faveur des personnes primo-arrivantes à l’échelon départemental". L’équipe se déplace, ainsi, dans les structures des collèges et des lycées dédiées aux élèves allophones nouvellement entrés en France. Tous les quinze jours, le service se rend à la Plateforme d’accueil des demandeurs d’asile à Évry (Pada) pour réaliser des dépistages collectifs dans un camion équipé d’un matériel radiologique. Il en est de même, deux fois par an, dans l’ensemble des centres d’hébergement d’urgence du département.

D’ici juin, le Clat 91 lancera un autre projet innovant, en partenariat avec les services hospitaliers et les acteurs sociaux : un programme d’éducation thérapeutique pour les patients afin de les aider à mieux vivre au quotidien avec leur maladie sur le plan pratique mais pas seulement. "La tuberculose est taboue. Le plus difficile peut être de surmonter le regard des autres".

Un traitement lourd mais efficace

En 2015, 181 cas de tuberculose ont été déclarés en Essonne. Un chiffre dans la moyenne régionale, l’Île-de-France regroupant plus d’un tiers des personnes atteintes dans l’Hexagone.

À l’origine de la maladie ? La mycobactérie Bacille de Koch, du nom du Dr Robert Koch qui l’a découverte en 1882. Elle peut atteindre plusieurs organes, mais seules les formes de la maladie affectant l’appareil respiratoire peuvent être contagieuses, avec une transmission par voie aérienne. Les signes varient selon la localisation de l’infection. Une toux et/ou une fièvre persistantes, des sueurs nocturnes, une perte de poids et une grande fatigue évoquent ainsi une tuberculose pulmonaire. Un diagnostic précoce et un traitement antituberculeux pendant 6 à 9 mois permettent une guérison le plus souvent sans séquelle.

En complément

Aussi sur essonne.fr

La tuberculose sur Essonne.fr

 

 

Dernières actus

Solidarité

Entraide et solidarité à Chamarande

Le 16 juin, le domaine départemental de Chamarande ouvre ses portes à deux événements tournés vers la solidarité et l’entraide : "Main dans la main" et "Ass’Mat en fête". L’ambiance sera festive, familiale et conviviale.

Solidarité

23 actions pour lutter contre la pauvreté

L’Essonne vient de signer avec l’État une convention dans le cadre du plan national anti-pauvreté. À la clé, une série d’actions concrètes en matière de protection de l’enfance, d’action sociale et d’insertion. Explications.