Aller en haut de la page
Ouvrir le menu

Dernière ligne droite pour l’Ehpad des Ulis

Publié le : 04.12.2018, dernière mise à jour : 04.12.2018

Le Département continue d’innover pour les seniors Essonniens et construit sa troisième maison de retraite 100% publique à 63€ par jour. Un tarif bien plus accessible que la moyenne francilienne mais qui ne sacrifie rien à la qualité rendue aux résidents. Focus sur les derniers préparatifs avant ouverture en mars 2019.

L'Ehpad des Ulis ouvrira en mars 2019©DR

Un an et demi après le début de sa construction, le futur Ehpad des Ulis entame ses ultimes préparatifs. Objectif ? Accueillir ses premiers résidents le 1er mars 2019. "Le chantier est en cours de finalisation avec les travaux en cuisine, de peinture et les tests techniques", explique Jamil Adjali, directeur du Service essonnien du grand âge (Sega) créé par le Département, qui gère déjà deux autres établissements de ce type à Morangis et Courcouronnes.

Maintenir le lien avec l’extérieur

Cet Ehpad - le troisième avant ceux prévus à Draveil, Dourdan et Villebon-sur-Yvette - proposera 108 places, dont 12 en accueil de jour. Le premier étage se composera de deux grands appartements thérapeutiques agrémentés de deux vastes terrasses : "Nous y recevrons des seniors souffrant de troubles cognitifs. Tout sera aménagé pour limiter la perte des repères." Les deux étages supérieurs seront agencés en deux ailes plus classiques de 17 chambres chacune avec des salles d’activités, de balnéothérapie et de relaxation.

Le bien-être des résidents a été pensé dans les moindres détails jusque dans la création de deux jardins, l’un ouvert sur la voie publique et l’autre jouxtant la cour d’une école."L’important est d’encourager le maintien des liens sociaux avec l’extérieur. Nous organiserons des sorties et des animations seront proposées au sein de la résidence, grâce à des partenariats avec le CCAS, les médiathèques et les écoles."

La qualité avant tout

Le service sera assuré par une équipe de 65 salariés, dont 45 personnels soignants, en cours de recrutement. "La majorité d’entre eux commencera à travailler début février pour suivre les formations spécifiques préalables à l’ouverture de l’Ehpad, renseigner le logiciel de soins et organiser l’admission des futurs résidents." Le tarif journalier sera de 63 euros. "Cet hébergement sera l’un des moins chers de l’Essonne sans rien sacrifier à la qualité attendue, indique Françoise Marhuenda, vice-présidente déléguée à la solidarité. Les dossiers d’inscription sont en cours d’étude et les premiers accords seront bientôt envoyés."

 

 

En complément

Aussi sur essonne.fr

 

 

 

Aussi sur le web

www.sega91.fr

 

 

Dernières actus

Autonomie

La téléassistance évolue en Essonne

Depuis plus de 30 ans, grâce à la téléassistance, le Département accompagne les personnes fragilisées par l’âge ou le handicap et leur permet de vivre chez elles longtemps et en toute sécurité. Aujourd'hui, le dispositif évolue. Il devient gratuit...

Cancer du sein

Cancer du sein, prévenir c’est aussi guérir

En France, le cancer du sein touche 55 000 personnes par an. Toutefois, s'il est détecté à temps, les malades guérissent dans 9 cas sur 10, d’où l’importance de la prévention. Marie Incéra, infirmière au Centre départemental de prévention et de santé...