Aller en haut de la page
Ouvrir le menu

Au nom du frère

Publié le : 19.04.2017, dernière mise à jour : 19.04.2017

Basée à Palaiseau, l’association T’handiQuoi permet aux adultes dépendants et en situation de handicap lourd de gagner en autonomie. Elle a ouvert cette année aux Ulis sa première colocation adaptée.

Léa Gauthier est la présidente de T'HandiQuoi©DR

Léa Gauthier est la présidente de T'HandiQuoi©DR

Mission accomplie. Après plus de trois ans de démarches, l’association T’HandiQuoi a inauguré sa première colocation pour adultes dépendants et porteurs d'un handicap lourd. Trois jeunes (deux filles, un garçon) âgés de 22 à 25 ans ont emménagé dans un appartement accessible et spécialement adapté à leur handicap, dans le centre-ville des Ulis.

Des alternatives existent

Comme des milliers de jeunes en France ou presque, des auxiliaires de vie accompagnent les colocataires 24 heures sur 24. Mais l’essentiel est ailleurs. "Notre projet prouve qu’il existe des alternatives à la vie en institution ou au domicile familial", analyse Léa Gauthier, 28 ans, présidente de T’HandiQuoi implantée à Palaiseau. Parmi les "coloc", Étienne, le frère cadet de Léa. "À 25 ans, mon frère avait quitté son institution pour vivre chez mes parents. C’est son idée de vivre en colocation", explique l’éducatrice spécialisée qui accompagne des enfants placés par l'Aide sociale à l'enfance (ASE).

Encore rare en France, la colocation T’HandiQuoi est une étape importante sur le - long - chemin des personnes handicapées dépendantes vers l’autonomie, la socialisation et l’épanouissement. Conscient de cet enjeu, le Conseil départemental a attribué à l’association le 2e Prix de l’innovation durable 2016 accompagné d’une aide de 8 000 euros.

En complément

Dernières actus

Handicap

Un autre regard sur l’autisme

Claire Dupont est directrice adjointe de l’Epnak, un établissement s’occupant de personnes handicapées. Pour elle comme pour ses collègues, pas question de laisser les 8 000 Essonniens souffrant de troubles du spectre autistique – dont 2500 de moins...

Prévention santé

Mars contre le cancer colorectal

Si le cancer colorectal touche 43 000 personnes par an, seuls 30% des français se font dépister. Pourtant, détectée à temps, la maladie peut être guérie dans 9 cas sur 10. Avec Mars bleu, de nombreuses actions sont déployées en Essonne pour...