Protéger quand il faut

Le service de l’aide sociale à l’enfance donne une priorité au maintien du lien entre l’enfant et ses parents. Il propose des réponses permettant tout à la fois de garantir la protection de l’enfant tout en lui permettant de vivre dans sa famille.

Quand le maintien de l'enfant dans son cadre de vie habituel et familial le met en danger immédiat, des solutions de prise en charge provisoires ou de plus longue durée peuvent être décidées selon la situation.

Limiter les séparations de l’enfant et de sa famille

Pour éviter les ruptures, des dispositifs conjuguent protection de l’enfant et maintien d’une proximité avec le milieu familial.

Le juge des enfants peut décider de la mise en place d’une action éducative en milieu ouvert (AEMO). Cette aide à la parentalité comprend l’intervention à domicile d’un travailleur social de la Maison départementale des solidarités (MDS) ou du secteur associatif habilité et financé par le Conseil départemental.

L’accueil modulable permet au mineur et à sa famille de bénéficier d’une prise en charge intensive au domicile tout en bénéficiant en cas de crise d’un accueil au sein d’un établissement de l’enfance. Le département compte actuellement 45 places d'accueil modulable.

Certaines structures accueillent les enfants avec leurs mères. "La belle étape" au sein de l’Institut Départemental Enfance Famille (IDEF) St Exupéry est une solution provisoire pour les mères majeures ou mineures avec leurs enfants de moins de 3 ans. De même, les centres maternels s’adressent aux femmes enceintes en difficulté à partir du 7ème mois de grossesse et aux jeunes mères d’enfants de moins de 3 ans.

En cas de séparation, des réponses adaptées aux besoins de l'enfant

Si le contexte l’exige, les enfants peuvent être séparés provisoirement de leurs familles. Les objectifs de ces placements sont d’assurer la sécurité de l’enfant, sa santé, son éducation, son développement social et culturel, son épanouissement personnel en coopération avec les parents.

Cette décision peut intervenir à la demande des parents avec la signature d’un contrat d’accueil provisoire (AP) validé par décision administrative ou être imposée sur décision du Procureur de la République ou du Juge des enfants qui prononce une ordonnance de Placement Provisoire (OPP).

Ces accueils ont vocation à être limité dans le temps et s’inscrivent dans la perspective d’un retour en famille chaque fois que la situation le permet. Durant l’accueil de leur enfant, les parents continuent d’exercer leur autorité parentale, sauf restriction du juge.

  • L'Institut départemental enfance famille (IDEF) St-Exupéry peut accueillir en urgence 130 mineurs de 0 à 18 ans 24h sur 24 et 365 jours par an. C’est une solution provisoire qui permet une orientation en vue d'un retour au domicile ou d'une orientation dans une structure adaptée aux besoins de l'enfant.
  • La famille d'accueil partage le quotidien de l'enfant de 0 à 21 ans, séparé momentanément de ses parents. Elle veille à sa sécurité, contribue à son éducation et lui apporte de l'affection en respectant la place des parents dans un environnement familial sécurisant. Les assistants familiaux sont employés par des associations ou directement par le Conseil départemental.
    >> Vous souhaitez devenir assistant familial
  • Les lieux de vie et d’accueil et les séjours de rupture sont des structures non traditionnelles à petits effectifs. Ils ont comme support de prise en charge "le vivre avec" afin d'accueillir des jeunes aux difficultés diverses (familiales, sociales, psychiques, affectives), en situation d’échec et souvent hors de toutes réponses sociales, éducatives et psychiatriques au regard de leurs problématiques.
    >> L’annuaire des lieux de vie
  • La Maison d’enfant à caractère social (MECS), établissement social ou médico-social, spécialisé dans l’accueil et la prise en charge de mineurs.


En complément

DOCUMENTS