Le fonds départemental d'aide aux jeunes (FDAJ)

Depuis 2004, la loi relative aux libertés et responsabilités locales ainsi que le code de l’action sociale et des familles attribuent le fonds départemental d’aide aux jeunes (FDAJ), aux départements.

Vue extérieure d'une nouvelle résidence
Vue extérieure d'une nouvelle résidence

Créé en 2005 en Essonne, le FDAJ apporte un soutien à l’insertion professionnelle des jeunes en difficulté âgés de 18 à 25 ans. Il permet notamment la mise en place de secours temporaires permettant de faire face à des besoins urgents.

Pour bénéficier d’une aide du FDAJ, les personnes doivent déjà être inscrites dans un parcours d’insertion sociale et professionnelle et être "en difficulté" du point de vue de sa situation personnelle. Le Département aide en priorité les jeunes de bas niveau de qualification (Diplôme de niveau V et infra V) ou dont le niveau d’expérience ne leur permettent pas d’accéder à l’emploi.

La loi prévoit de plus que : "Tout jeune bénéficiaire d’une aide du FDAJ fait l'objet d'un suivi dans sa démarche d'insertion". En d’autres termes, les aides financières attribuées doivent s’inscrire dans un projet d’insertion sociale et professionnelle, individuel ou collectif, que le demandeur aura élaboré avec un référent.

Ce dernier est un professionnel de l’insertion qui par sa fonction accompagne le jeune dans sa démarche. Il connait bien sa situation et veille ainsi à la cohérence du projet.

Il existe plusieurs types d’aides par le FDAJ dont en premier lieu, les aides d’urgence. Ces dernières permettent de couvrir les besoins alimentaires, d’hygiène et de vêture. Viennent ensuite les aides à projet et qui concernent notamment les demandes de formation, les aides à la mobilité (permis de conduire, chèque mobilité du Conseil régional) et les aides au logement.


En complément

DOCUMENTS