En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies pour améliorer le fonctionnement de notre site.
 Pour gérer et modifier ces paramètres, cliquez ici

Accepter et fermer
Aller en haut de la page
Ouvrir le menu

Méréville : réveiller un parc et son château en sommeil

"Remettre en valeur
le Domaine départemental
de Méréville m'apparait
comme la juste contribution
de notre temps à la poésie
d'un monde évanoui"

 

Catherine Deneuve
Marraine  
du Domaine départemental
de Méréville

• Date d’acquisition par le Département de l’Essonne : 2000
• Classé Monument historique
 Situation : Méréville (sud de l’Essonne)
• Surface du domaine : 58 hectares

Cette restauration sera possible grâce à la générosité des donateurs.

Nos premiers mécènes :

>M Arnaud CATESSON
>M Daniel CARACOSTEA
>M et Mme DESMURS
>M Benjamin GILLARD
>Mme Marie-Claude JARDIN
>Mme Marie-José KUHNAST

Au sud du département de l‘Essonne, le Domaine s’apprécie comme le dernier exemple le plus abouti de jardin pittoresque anglo-chinois conçu à la fin du XVIIIe siècle. Celui-ci est composé de scènes paysagères ponctuées de fabriques - dont la principale est le château -, de lacs et de rivières, de grottes et d’enrochements artificiels.


Une conception unique en Europe

Ce Domaine remarquable est l'oeuvre du Marquis de Laborde, grand financier et amateur d’art sous le règne de Louis XV. Il s’est entouré de prestigieux concepteurs de jardins de son époque, François-Joseph Bélanger puis Hubert Robert pour créer un jardin paysager, dans le plus pur goût des années 1750. Aussi, du jardin à la française qu’il acquiert en 1784, le Marquis de Laborde ne gardera rien. La Juine, rivière tranquille qui coulait en ligne droite, fut détournée pour créer îles, méandres et lacs. Châteaubriand lui-même succombera à ses charmes bucoliques et à ceux de Nathalie, fille du Marquis de Laborde. Dans cette oasis romantique, la passion se noua entre eux deux et le poète en fit la "muse" de Méréville.


Vers une ouverture plus large au public

Fort de ce joyau patrimonial qui rayonne au-delà des seules frontières de l’Essonne, le Département a souhaité redonner de sa superbe au Domaine de Méréville. Une des conditions de cette reconquête est de permettre une ouverture plus large au public. Cette ambition passe par la nécessaire amélioration des conditions d‘accueil des visiteurs. Il s‘agit de redonner son allure d‘antan aux jardins et à sa fabrique principale, le château.

Le projet d’investissement (2017-2019) pour réhabiliter le site est de l’ordre de 8,3 m€.

 

 

Méréville, un pont à restaurer

Classé monument historique à la fin des années 70, le Domaine de Méréville est l’un des exemples les plus remarquables des jardins pittoresques, ou anglo-chinois, réalisés à la fin du XVIIIe siècle. Dessiné par les plus grands architectes paysagistes (dont Hubert Robert) pour le marquis de Laborde, le parc est composé de scènes paysagères dévoilant fabriques, lacs et cours d’eaux, grottes et enrochements artificiels. Afin d’ouvrir davantage le domaine aux visiteurs dès 2018, il est nécessaire de restaurer certaines fabriques, notamment le Pont aux Boules d’Or. Implanté près de l’Ile du Grand Lac, il est réalisé par Bélanger entre 1784 et 1786, dans le goût chinois. La passerelle en bois a été remplacée début XIXe par l’actuelle passerelle métallique. Aujourd’hui, l’ouvrage n’est plus sécurisé et nécessite une complète réhabilitation. 

> Faites-un don en ligne pour le pont aux Boules d’Or sur la fondation du Patrimoine

Les mécènes peuvent aussi envoyer leurs dons par courrier en remplissant le bon de souscription accompagné du règlement à l’adresse suivante : Fondation du Patrimoine, délégation Île-de-France, 8 passage du Moulinet 75013.

> Téléchargez le bon de souscription [pdf]

Trois axes de restauration privilégiés :

La mise hors d’eau du château : sécurisation des abords immédiats ; sauvegarde de la petite salle à manger en stuc ; restauration des façades, des charpentes et des couvertures du château.


La sécurisation du parc : restaurations des ponts et passerelles franchissant la Juine dans la Grande prairie, création de parcours de visites sécurisés et balisés.

L'aménagement du jardin : opérations hydro-écologiques pour restaurer la configuration historique, notamment les étangs "miroirs", éléments essentiels du paysage du jardin.


Le mécénat soutiendra les opérations de mise en valeur du jardin.

L’aménagement du parc a notamment pour objectif la création de boucles de visites et d’une application mobile pour admirer les principales scènes paysagères d’Hubert Robert.

La restauration de certaines fabriques est prévue:

• le pont aux boules d‘or,
• le pont d’acajou,
• le pont cintré reliant l’île Nathalie.


Nous consulter pour le détail des projets de restauration.

Pour toute information, contactez :
Fanny Malvezin
Cabinet du Président
Département de l'Essonne
Courriel : mecenat(at)cd-essonne.fr
Tél. 01 77 58 12 60