Aller en haut de la page
Ouvrir le menu

Violences conjugales, parlez-en

Publié le : 26.11.2019, dernière mise à jour : 27.11.2019

Dans le cadre de la journée de lutte contre les violences faites aux femmes, la Préfecture de l'Essonne et le Département proposent des actions sur l’ensemble du territoire jusqu'à fin novembre. Ce programme donne une visibilité à un combat quotidien mené par les instances administratives et judiciaires de l’Essonne.

La Préfecture de l'Essonne et le Département proposent des actions sur l’ensemble du territoire. ©DR

Cet été, le Département a signé, une convention avec de multiples acteurs spécialisés dans la lutte contre les violences conjugales. Pour aller vers une réponse opérationnelle et ciblée au plus près des besoins des victimes, de nombreux dispositifs voient le jour ou sont renforcés : mise en place d’intervenants sociaux en commissariat et gendarmerie, consultations en traumatologie, subventions aux associations d’aide aux victimes, mise en place du téléphone "grave danger", formations, etc.

Se rencontrer, au cœur du programme

Si la lutte contre les violences faites aux femmes doit se décliner au quotidien, la portée d‘une journée internationale annuelle autour de cette date symbolique du 25 novembre permet de donner une visibilité à ce combat.


Jusqu’au 30 novembre 2019, participez à des colloques, des ciné-débats, des films, des spectacles, exposition... Rendez-vous ce vendredi 29 novembre à l’Hôtel du Département pour voir Gislaine Losco, ex-victime de violences conjugales, qui ose mettre en scène sa propre vie et offre un spectacle-témoignage drôle et touchant. Mais aussi à Vigneux-sur-Seine où adolescents et adultes sont conviés au centre culturel et sportif Georges Brassens pour rencontrer l’Association Lieu Ecoute Accompagnement (LEA).


>> Télécharger le programme complet [.pdf]

Caroline Nisand combat les violences conjugales

Le constat est sans appel, il n’y a pas un jour sans violences graves en France et l’Essonne est davantage touchée que d’autres départements. "Les violences conjugales constituent l’un des cancers du département", lâche sans ambages Caroline Nisand, procureure de la République d’Évry. Et la situation empire : 1 767 faits signalés en 2018, contre 1 636 en 2017.  "Sans compter les victimes qui n’osent pas parler" complète la magistrate expérimentée. Pour tenter d’inverser la tendance, des dispositifs existent comme les "téléphones grand danger", financés par le Conseil Départemental, permettant aux personnes agressées d’être localisées par les secours en appuyant sur un seul bouton. Par ailleurs, le parquet a mis en place deux référentes "violences conjugales". "Depuis octobre, un troisième est chargé d’accompagner la sortie de prison des conjoints pour prévenir les risques de représailles, de récidives", annonce Caroline Nisand, déterminée : "la réponse pénale doit être rapide, adaptée, dissuasive."

Violences femmes info au 39 19 (appel anonyme et gratuit)

Dernières actus

Formation

À l'école des Top chefs

À Grigny, le centre de formation – Cuisine mode d’emploi(s) – du chef étoilé Thierry Marx encourage la réinsertion. La recette ? Des formations gratuites en cuisine et produits de la mer visant les personnes éloignées de l'emploi.

Violences

Violence conjugale, le Département se mobilise

Demander de l’aide, lorsqu'on est aux prises avec la violence dans une relation conjugale, c’est briser le silence et savoir qu’on n’est pas seul(e). Mais comment ? Céline Tissot, directrice des projets transversaux, prévention et sécurité au Conseil...