Aller en haut de la page
Ouvrir le menu

Secur’route : mini-entreprise, grands projets !

Publié le : 16.05.2018, dernière mise à jour : 16.05.2018

Ils sont stagiaires de la formation professionnelle à l’École de la deuxième chance (e2c) de Ris-Orangis. 12 jeunes qui, en parallèle de leurs études, gèrent leur propre entreprise : "Secur’route". Avec l’aide de l’association Entreprendre pour apprendre (EPA), l’équipe commercialise une oreillette anti-endormissement à utiliser au volant. 

Les 12 élèves entrepreneurs de Secur'route sur le marché de Ris-Orangis©DR

"La mini-entreprise est un dispositif pédagogique complet que nous proposons avec l’aide de l’association Entreprendre pour Apprendre (EPA)" explique Elisabeth Redondo, formatrice référente de l’e2c.

Pendant un an, les 12 stagiaires "formation professionnelle" de l’e2c ont travaillé à l’ensemble du processus de création d’une entreprise (Sécur’route), depuis la recherche d’idées jusqu'à la vente d’un produit. Dans leur cas, une oreillette anti-endormissement.

Développer des compétences entrepreneuriales

"Créer une mini-entreprise permet aux élèves de s’initier à la gestion de projet, d’apprendre à travailler en équipe, de prendre la parole en public et de prendre des décisions" continue Amélie Picquenot, formatrice référence de l’e2c. C’est aussi un moyen de valoriser les qualités personnelles de chacun : créativité, solidarité, autonomie, esprit d’initiative et enfin d’aider à leur orientation professionnelle.

"Ce dispositif nous permet de prendre confiance en nous, et de nous ouvrir aux autres. Nous avons fait de supers rencontres, c’est très enrichissant !" confie Isra, community manager de Sécur’route.

Chacun son rôle, un même objectif

Pour que Sécur’route fonctionne, chacun a son rôle : directeur financier, responsable des ressources humaines, commercial… Chacun a dû rédiger une lettre de motivation et passer un entretien pour candidater à ces postes. "Être Community Manager n’était pas dans mes compétences initiales puisque je travaille habituellement avec les enfants. Mais j’ai une réelle appétence pour la communication sur les réseaux sociaux et la rédaction et ça a fonctionné" explique Isra.

Ainsi, depuis janvier 2017, chaque participant au projet se démène pour faire connaître la mini-entreprise, gérer les stocks et assurer une visibilité à Secur’route.

Consolider les ventes

Aujourd'hui, c’est jour de marché à Ris-Orangis. Les 12 "entrepreneurs" se sont réunis pour vendre leur oreillette aux rissois venus faire leurs courses. Comme il y a quelques semaines au salon du championnat régional des mini-entreprises, l’équipe présente le produit tout en soulignant que les bénéfices iront à l’association "Action contre la faim". Elle y avait d’ailleurs obtenu le 1er prix du mérite.

Une belle récompense pour des jeunes soudés qui, sur leur temps libre, continuent de développer Secur'route. "Il s’agit aujourd'hui de consolider les ventes" conclut Mahamad, responsable du service commercial.

 

 

Dernières actus

Covid19

Le Département vient en aide aux associations caritatives essonniennes

Depuis le 16 mars, les collégiens essonniens ne fréquentent plus leurs établissements et des milliers de repas n'ont pas pu être servis dans les cantines. Le Département de l'Essonne a décidé de faire don aux associations caritatives du territoire de...

Lutte contre les discriminations

Pour mon métier, seul mon choix compte

À l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, le Département organise avec des collégiens une exposition pour déconstruire les idées reçues sur de nombreuses professions. L’objectif est de dépasser la barrière des préjugés sur les...