Share
Agrandir la taille du texte Diminuer la taille du texte
93 vues

Economie aménagement

Essonne 2020

Logement, environnement, transports, développement économique,... Quelle Essonne voulons-nous pour demain ? Répondre à  cette question ne peut se faire sans prendre en compte les logiques et les évolutions à  l'échelle de la région tout entière. La tâche est vaste et complexe mais essentielle pour l'avenir. Elle est au cœur d'Essonne 2020, contribution du département à  la révision du Schéma directeur de la région Île-de-France (SDRIF).

Vue aérienne du CEA de Saclay

Lutter contre les ségrégations sociales et territoriales à  l'œuvre en Île-de-France, tel est l'objectif central qui préside aux travaux et réflexions menés pour "Essonne 2020".

A l'heure du bilan, un premier constat fait apparaître l'importance de la "grande couronne" dans le développement présent et futur de la région. Deux risques à  éviter sont mis en avant : d'une part, la poursuite des logiques de développement tournées principalement vers Paris et sa première couronne (la "zone dense") au détriment de la grande banlieue ; d'autre part, le développement de pôles de croissance aux côtés d'autres territoires en grande difficulté, sans perspective.

En l'espace de 20 ans, l'Essonne a vu son rôle changer profondément dans le paysage francilien. Le Département exerce aujourd'hui de grandes fonctions régionales, voire centrales, dans les domaines scientifique, technique et économique. Il contribue à  part entière à  l'attractivité, à  la compétititivité et à  la cohésion de la région.

TROIS GRANDS DÉFIS

C'est dans cette ambitieuse perspective que le Conseil général identifie trois défis majeurs à  relever pour améliorer les conditions de vie de l'ensemble des essonniens et des franciliens.

  • Inverser les phénomènes de ségrégation, tant sociale que territoriale, qui frappent la Région. L'Ile-de-France doit aujourd'hui faire face à  l'émergence d'une nouvelle donne sociale : l'exclusion de certaines catégories et professions intermédiaires qui ne sont désormais plus en capacité financière de se loger décemment en Ile-de-France et notamment en Essonne. Stabiliser ces populations, vecteurs forts de cohésion, devient ainsi une urgence dont il importe de se saisir sous peine de voir s'installer durablement une inquiétante dualisation de la société et des territoires, ainsi qu'une fragilisation durable de l'économie régionale. De nouvelles politiques d'aménagement, notamment urbain, doivent être mises en œuvre avec un effort considérable en faveur des transports en commun en grande banlieue. Parallèlement, il convient de renforcer nos politiques ciblées de redistribution en faveur des populations et territoires les plus fragiles. 

  • Relever le défi de la compétition internationale en s'appuyant sur le formidable potentiel de l'innovation et la recherche, en consolidant le socle scientifique, en valorisant l'excellence essonnienne en matière de formation et de recherche comme levier de développement économique pour le sud francilien. Ce pari est essentiel au renforcement de l'excellence scientifique et du rayonnement international de l'ensemble de l'Ile-de-France. Accompagné de politiques volontaristes d'essaimage, notamment vers le tissu des PME/PMI, il constitue, face aux phénomènes massifs de délocalisation, une condition incontournable à  un ancrage durable de l'industrie dans nos territoires. 

  • S'affirmer comme un "éco-département" pilote, territoire ressource pour l'ensemble des franciliens. À cet effet, nous entendons mieux valoriser notre environnement, notre agriculture, notre potentiel touristique et plus largement la diversité de notre cadre de vie. Cela implique notamment de donner la priorité aux transports en commun et de promouvoir une densification de qualité dans les secteurs bien desservis. Cela suppose, aussi, d'être en capacité d'apporter des réponses innovantes aux mutations majeures aujourd'hui à  l'œuvre (prix des énergies fossiles, développement des pollutions, changement climatique...).


Pour le Conseil général, trois dynamiques territoriales sont des points d'appui pour relever ces défis.

 

  • Au nord, celle du cône de l'innovation, un territoire d'excellence scientifique reconnu à  l'échelle mondiale et à  conforter, qui englobe les six secteurs : d'Evry / Corbeil / Centre Essonne Seine Orge, d'Orly / Nord Essonne, de Massy / Plateau de Saclay / Courtaboeuf, de la Vallée scientifique de la Bièvres, de Versailles / Vélizy / St Quentin et de Paris Rive gauche ; 

  • au nord-est, celle du Val d'Yerres / Val de Seine, un territoire de confluence à  redynamiser entre Orly/Créteil, Sénart et Evry, c'est-à -dire entre la zone dense et le cône de l'innovation, qui présente des potentialités à  condition d'améliorer sa desserte ; 

  • au sud, celle de l'arc vert, un territoire à  valoriser à  l'échelle régionale, qui relie Fontainebleau à  Rambouillet ; l'Ile-de-France devant désormais se doter d'une vision stratégique sur ce que l'on appelle ses "franges".


TROIS OUTILS


Une ambition affirmée, une vision claire... restent à  définir des outils pour l'action...

Premier outil : une armature départementale de projets structurants, qui se compose des opérations d'échelle régionale que nous entendons faire valoir auprès de l'ensemble des grands décideurs, notamment dans le cadre de la négociation du futur contrat de projets Etat – Région 2007-2013. À ce titre, nous réaffirmons avec force notre attachement à  trois projets essentiels pour l'attractivité et la cohésion territoriale : la modernisation des lignes RER C et D, l'arrivée du tramway à  Juvisy, la liaison tangentielle Evry/Massy en mode ferré léger et les projets structurants notamment pour l'organisation des transports en sites propres sur notre territoire.

Deuxième outil : six Projets d'Intérêt Départemental (P.I.D.), six secteurs sur lesquels il apparaît essentiel de mener une démarche concertée, dépassant les limites institutionnelles, sur les questions d'aménagement, à  l'instar de celle engagée en partenariat avec le Conseil général du Val de Marne sur le pôle d'Orly - Nord Essonne. Il s'agit de rassembler les acteurs de l'aménagement de ces secteurs et d'identifier les enjeux et projets à  porter sur ces territoires. Est ainsi proposée, pour chaque secteur, une liste d'opérations d'aménagement prioritaires.

Dernier outil : le maillage des services publics. Il s'agit de se doter d'une stratégie d'action publique permettant de tirer au mieux parti des services publics territoriaux et d'Etat comme leviers de l'aménagement du territoire, comme vecteurs de cohésion sociale et comme facteurs d'attractivité résidentielle et économique.*