Aller en haut de la page
Ouvrir le menu

Graines d’avenirs

Publié le : 11.03.2020, dernière mise à jour : 11.03.2020

Fin février, les producteurs essonniens étaient au Salon international de l’agriculture. Parmi eux, Émile et une graine, un collectif de six agriculteurs basé à Soisy-sur-École et est dédié à la culture de légumineuses. À peine un an après ce lancement, Essonne.fr est parti à leur rencontre porte de Versailles à Paris.

En prendre de la graine

Dans un décor qui ne ressemble ni aux montagnes des Andes, ni au paradis des lamas, la parcelle de Maximilien s’étend au milieu d'un village typique du sud de l'Essonne, avec son église en pierre et ses champs de céréales à perte de vue. Pourtant, cet agriculteur de Videlles ne cultive pas du blé, du colza ou de l'orge, comme sur le reste de son exploitation… Mais du quinoa, la fameuse plante d’Amérique du Sud. "Ça, c’est notre production récoltée en juillet et août dernier", sourit Guillaume, l’un des fondateurs du collectif Emile et une graine avec Thierry, Maximilien, Rodolphe, Nicolas, Morgane et Guillaume en nous montrant l’étalage. "Nous y consacrons 20 hectares pour une production d’environ 18 tonnes à l’année. Cette graine est parfaite pour la rotation des sols car elle restitue en partie l’azote apporté pour ses besoins. Elle ne nécessite aucun arrosage et le désherbage est manuel ou mécanique." renchérit Maxime. De quoi séduire les consommateurs en quête d’alternatives à la viande car le quinoa est riche en protéines végétales. Après une première expérimentation en 2018, complétée par un peu de lentilles vertes, 2019 a été l’année du développement. Les surfaces consacrées au quinoa ont été doublées, celles de lentilles considérablement augmentées. Une récolte qui s’est enrichie de nouvelles graines, la lentille corail et le pois chiche. Le tout vendu en circuit court.

Et donc… un an après ?

Il y a un an, Émile et une graine arpentait les allées du salon de l’Agriculture et s’était longuement arrêté sur le stand Île-de-France où était présent le département de l’Essonne. Cette année, les jeunes agriculteurs du Gâtinais français sont derrière un bel étalage et expliquent leur manière de cultiver les légumineuses, leur philosophie et leur projet.

Innovant et unique, le collectif explique l’importance du terroir local. Un engagement assumé avec un message clair en direction des consommateurs. "Si Emile devait leur dire quelque chose, c’est d’être fier de consommer local, qu’ils encouragent une agriculture française et différente. C’est à eux que revient le pouvoir de faire changer les habitudes de consommation." souligne Guillaume. A noter qu'une gamme bio est en maturation/réflexion/ prévue. En attendant, un autre défi attend les six entrepreneurs : convaincre les grandes surfaces de la région, avec qui ils sont actuellement en discussion, de commercialiser leurs graines.

En complément

Dernières actus

Terre d'Avenirs

Coronavirus : des tests en temps réel produits en Essonne

Basée aux Ulis, l’entreprise Eurobio Scientific est le premier producteur français de tests contre le coronavirus. Ces kits de tests, qui permettent un résultat en quelques heures, sont distribués dans les hôpitaux et les laboratoires d’analyse de la...

Terre d'Avenirs

91 secondes : les protéines de demain

Alimentation pour animaux de compagnie et d'élevage, cosmétique, chimie verte et peut-être un jour nutrition humaine... Depuis 2014, Ynsect utilise les insectes comme nouvelle source de protéines. Le point en 91 secondes sur cette entreprise...