Aller en haut de la page
Ouvrir le menu

Avec Murfy, rien ne se jette, tout se répare (ou presque)

Publié le : 20.11.2019, dernière mise à jour : 20.11.2019

Murfy propose aux bricoleurs amateurs des tutoriels pour essayer de réparer, seuls, leurs électroménagers en panne. La start-up lutte ainsi contre le gaspillage et la montagne d’appareils qui terminent sans raison à la poubelle.

Les vingt techniciens de Murfy, tous salariés, réalisent à près de 2 000 interventions chaque mois©DR

Personne ne sait vraiment quoi faire d’un électroménager hors-service. On se dit que la réparation est sûrement trop complexe, trop longue, trop chère. Acheter une machine neuve en promo chez Darty apparait souvent comme la meilleure option. Résultats : sur les 28 millions d’appareils électroménagers en panne chaque année, 23 millions sont directement jetés. "La plupart d’entre eux sont pourtant réparables", lance Guy Pezaku, fondateur et président de Murfy.

Créée en aout 2018 par cinq ingénieurs, la start-up surfe sur la tendance du "Do it Yourself*", sur la mode de l’autoréparation. Ses tutoriels en ligne, gratuits, apprennent aux bricoleurs du dimanche à diagnostiquer une panne et réparer eux-mêmes leur machine à laver, sèche-linge ou lave-vaisselle. Murfy propose aussi un service de réparation à domicile en moins de 48 heures, facturé 75€. Seules les éventuelles pièces détachées s’ajoutent à la note. La réparation est garantie six mois après l’intervention. Et si l’appareil n’est pas réparable, le client ne paie rien. "Mais cela n’arrive que dans 6% de nos interventions. Dans la moitié des cas, même pas besoin de pièce détachée supplémentaire", insiste Guy Pezaku.

Bientôt la vente d’appareils reconditionnés

Les vingt techniciens de Murfy, tous salariés, réalisent à près de 2 000 interventions chaque mois, en Essonne, à Paris et plus généralement en Île-de-France mais aussi à Lille, Toulouse, Lyon. "Nous nous installons dans toutes les grandes villes de France d’ici la fin de l’année", annonce le patron de Murfy, passé par les bancs de l’École Polytechnique et de l’École Nationale Supérieure des Techniques Avancées, à Palaiseau. Depuis son lancement, La start-up a évité 500 tonnes de déchets. Elle affiche un chiffre d’affaires de 1,5 million d’euros, et vise les 6 millions dès 2020 et 10 000 interventions mensuelles. Elle ouvrira bientôt son propre atelier de reconditionnement pour donner une seconde vie à l’électroménager cassé.

Start-up militante

Murfy est aussi une entreprise militante. "Acheter un nouveau lave-linge équivaut à un aller-retour Paris-Toulouse en avion en termes d’émissions de CO2", explique Guy Pezaku. En seulement huit ans, la durée de vie des lave-linge a diminué de 30%, passant de dix ans en 2010 à sept ans en 2018**. La faute à l’obsolescence programmée : des produits conçus pour ne plus fonctionner ou être passés de mode après un certain temps, forçant à les remplacer. Mais aussi un petit peu à celle des consommateurs. "Si les gens entretenaient mieux leurs appareils, ils multiplieraient au moins par deux leur durée de vie", estime Guy Pezaku. À bon entendeur.

En savoir plus : www.murfy.fr

* "Fais le toi-même"
** Selon l’association Halte à l’Obsolescence Programmée (HOP), en partenariat avec Murfy

Dernières actus

Science et recherche

À Saclay, toute la recherche sur le climat en un seul lieu

Au coeur du plateau de Saclay, l'Infrastructure pour les sciences du climat et de l'environnement fait partie des fleurons de la recherche internationale sur la thématique. Le nouveau bâtiment regroupe des équipements innovants et 300 chercheurs,...

Transports

Une passerelle pour une mobilité repensée

La gare de Juvisy poursuit sa mue en grand pôle intermodal (GPI) où se croiseront dès 2020, bus, RER, TGV, vélos et à terme, tramway. Depuis le 19 novembre, la passerelle inter-quartiers et multimodales est terminée. Elle a été financée puis...