En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies pour améliorer le fonctionnement de notre site.
 Pour gérer et modifier ces paramètres, cliquez ici

Accepter et fermer
Aller en haut de la page
Ouvrir le menu

De Verdun au front russe

Publié le : 28.01.2015, dernière mise à jour : 29.06.2015

Mécanicien de l'armée de l’air, le Brétignolais Lucien - Alexandre Fagnou dit "Tonton lulu" fait partie de l'escadrille SPAD 12 envoyée en Russie en 1917. Conservé aux archives départementales de Chamarande, son journal est le récit spontané de cette épopée hors du commun.

En 1917, Tonton Lulu devant un avion de l'escadrille SPAD 12

En 1917, Tonton Lulu devant un avion de l'escadrille SPAD 12

En 1917, Tonton Lulu devant un avion de l'escadrille SPAD 12

"J’étais à cette époque (février 1917), mécanicien haut le pied tantôt conducteur, tantôt mécano d’appareil"

Par cette phrase, le soldat Fagnou débute le récit au jour le jour de ses aventures en Galicie (région située aujourd’hui entre l’Ukraine et la Pologne). Couché sur un cahier d’écolier, ce témoignage est celui d’un "rampant", comme on appelle communément les sans grades. En 1917, ce "mécano" de 22 ans est stationné près de Verdun depuis deux ans. Les journées sont monotones et rythmées par des bombardements incessants des lignes adverses "le charme de l’escadrille" note t-il non sans ironie.

En janvier 17, le ministre de la guerre a promis aux alliés russes des escadrilles de chasse et d’observation. Au printemps, l’un des pilotes de l’escadrille, le Comte Louis Gabriel Raoul de Mailly-Nesle est sélectionné pour faire partie de l’expédition. Tonton Lulu se propose alors d’être son mécanicien attitré pour "l’entretien de l’appareil et à plus forte raison la sécurité du pilote". Après plusieurs semaines d’attente fébrile, il est finalement choisi. "Je suis toujours à me demander par quel concours de circonstances, je suis arrivé à partir dans l’escadrille pour m’exiler en Russie" se souvient-il quelques temps après son retour en France.
 

8 000 kilomètres entre la France et Kiev

A Boulogne-sur-mer, le vendredi 23 mars 1917 à 14h, Tonton Lulu et ses camarades embarquent pour l’Angleterre. Menacé par les nombreux sous-marins allemands croisant dans la zone, le navire est escorté par cinq torpilleurs. Cette protection n’empêche pas l’explosion d’un navire touché par une torpille juste devant eux. Le voyage se poursuit en train jusqu’à Liverpool. Là-bas, le départ est reporté trois fois par des alertes signalant des bâtiments ennemis dans les eaux britanniques.

Composé d’un équipage russe, le Livinsk peut finalement appareiller le 29 mars. Entre mal de mer, neige, nourriture avariée et menace allemande omniprésente, le bâtiment parvient finalement à bon port. Le 7 avril, alors que l’annonce de l’entrée en guerre des Etats-Unis parvient à bord, le bateau arrive enfin dans le port russe de Mourmansk. 12 jours dans des wagons de marchandises surchargés seront encore nécessaires pour parcourir les 2 500 kilomètres jusqu’à Kiev où s’est installé le commandement français.

"Entrons dans un grand café, genre café Richelieu à Paris, tout ce qu’il y a de chic. Nous sommes regardés comme des êtres surnaturels." Kiev, 23 avril 1917

En attendant le départ sur le front, les soldats français passent deux mois à Kiev. Malgré quelques déceptions culinaires : pain noir, graines de tournesol, les aviateurs hexagonaux apprécient l’accueil chaleureux des autorités. Pas moins de 12 évènements sont organisés en leur honneur par des étudiants ou des membres de l’intelligentsia locale.

"Comment l’on trompe bien les Français sur les évènements russes (incroyable!)" Dimanche 13 mai

L’atmosphère sociale et politique devient cependant de plus en plus tendue dans les rues. Le 1er mai, une manifestation particulièrement violente marque le mécanicien français. "Les révolutionnaires démolissent les aigles impériaux, tout ce qui est comme enseignes avec aigles est mis en bas" écrit-il inquiétude. Un mois plus tard, la répression d’un mouvement de déserteurs refusant de retourner au front fait 20 morts. Le 12 juin, les pilotes, le personnel et les avions démontés dans des caisses prennent le train pour rejoindre l’aérodrome de Ternopol situé près du front.

"Nous sommes en pleine brousse, nous vivons en ermites" Mardi 19 juin.

Sur place, les conditions de vie sont "rustiques". Après avoir monté les avions, les Français se construisent des cabanes avec des rondins de bois coupés. Après quelques vols, des accidents se produisent. On répare parfois les avions avec les moyens du bord grâce à un menuisier qui fabrique les pièces sur place. Les avions de reconnaissance français contrôlent l’offensive des troupes allemande et austro-hongroise alors que le moral des troupes russes est au plus bas.

Les ballons d’observation russes appelés "saucisses" en raison de leur forme sont des cibles de choix de la chasse allemande. Les Français tentent de les défendre et repoussent plusieurs attaques au dessus du terrain. Le recul des troupes russes puis la guerre civile entre Blancs et Bolcheviks contraindront les Français à se retirer définitivement en 1918. Revenu en France après un périple de retour épique, Tonton Lulu regagne Brétigny. Il y sera garagiste jusqu’à sa mort en 1979 mais c’est une autre histoire…

Notre série sur la Guerre 1914-1918

Nous vous proposons de (re)découvrir le rôle de notre territoire tout au long de l’année dans notre rubrique consacrée au Centenaire de la Guerre 1914-1918. Une douzaine d'articles retracera des épisodes originaux et peu connus de cette guerre en Essonne. Ces articles sont réalisés avec le concours des Archives départementales de l'Essonne (Dominique Bassière, Lisbeth Porcher et Nathalie Noël) et l'équipe rédactionnelle du site Essonne.fr (Olivier Moulergues et Vincent Bolantin).

L'Essonne en 1914



En complément

Aussi sur essonne.fr

Centenaire de la guerre 14-18

Dernières actus

Concert

Robin Trower en concert à Paul B !

Tout au long de sa longue carrière solo, le guitariste Robin Trower a été comparé à Jimi Hendrix en raison de sa capacité incroyable à canaliser le style de jeu bluesy-psychédélique. Il a toutefois su s’imposer en tant qu’artiste à part entière et...

Cinéma

Ambiance cotillons !

Mois de janvier oblige, ce cinquième numéro de la minute Cineam vous replonge dans l’ambiance survoltée du réveillon du jour de l’an... de vos parents et de vos grands-parents. Retour en image dans l’Essonne des années 60, 70 et 80, au moment crucial...