En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies pour améliorer le fonctionnement de notre site.
 Pour gérer et modifier ces paramètres, cliquez ici

Accepter et fermer
Aller en haut de la page
Ouvrir le menu

1918 : l'Essonne sous les bombes

Publié le : 17.06.2015, dernière mise à jour : 29.06.2015

Au printemps 1918, l'aviation allemande bombarde Paris et la région parisienne, épisode peu connu pour cette guerre. Dans la nuit du 22 mai 1918, les villes d'Athis-Mons et de Corbeil-Essonnes furent touchées...

Un des documents d'archives qui retrace le bombardement de Corbeil © Archives départementales de l'Essonne

Un des documents d'archives qui retrace le bombardement de Corbeil © Archives départementales de l'Essonne

Dégâts matériels et humains à Athis-Mons

Dans les deux cas, les Allemands visent le tissu industriel de ces communes afin de détruire ou de réduire les capacités de l'industrie mise au service de la guerre. De nombreux bâtiments civils sont touchés. A Athis-Mons, les bombardiers de type Gothas cherchent la vallée de la Seine où des usines travaillent presque exclusivement pour l’armée, dans la fabrication d’obus.

Mais, la précision des bombardements aériens nocturnes laissent encore à désirer à cette époque. 65 maisons furent touchées, principalement dans le lotissement d’habitation à bon marché le Cottage d’Athis. Deux décès sont relevés, l'une des personnes est tuée sur le pas de sa porte et l’autre surprise dans son lit, tandis qu’une voisine est blessée par un éclat d’obus dans l’œil... Ces éléments sont fournis par les documents d'archives.

Lourdes pertes humaines à Corbeil-Essonnes

A Corbeil, les Allemands bombardent le quartier Saint-Spire : rue et cloître Saint-Spire, place du Marché, rue du 14 Juillet et l’usine Decauville. Le bilan humain est lourd. Six personnes perdent la vie dans l’effondrement d’un immeuble de la rue Saint-Spire. Au lendemain de ce bombardement. Le Président de la République, Raymond Poincaré, visite le quartier ravagé et salue les familles des victimes. Une batterie de DCA (Défense Contre les Aéronefs) équipée du fameux canon de 75 fut installée à l’est de la ville dans une prairie de Saint-Germain-les-Corbeil.

Période d'insécurité

D’autres communes essonniennes furent menacées à cette époque. Des mesures de protection contre les attaques aériennes furent mises en place. Et, pour la première fois de leur existence, les populations civiles connurent la peur des alertes aux bombardements notamment sur les communes de Crosne, Massy ou Palaiseau. Durant ce conflit, l'Essonne fut menacée deux fois par les Allemands. La première par l’offensive terrestre de la première bataille de la Marne, en 1914, et la deuxième, par voie aérienne durant le printemps 1918 au début de la seconde bataille de la Marne.

Dernières actus

association

Tout pour la musique !

Adhérente au Réseau National Musique et Handicap, l’association Dream to Music est une école de musique qui a pour but de donner le droit à chacun de pratiquer cet art en respectant les difficultés, les particularités de chacun. Rencontre avec Xavier...

Sorties

Le programme enchanté du domaine de Méréville !

Le Domaine départemental de Méréville rouvre ses portes au printemps et dévoile ses secrets jusqu’à l’automne. L’occasion pour les amateurs d’histoire, d’art et de culture, de découvrir la programmation culturelle de ce lieu unique et de partir à sa...