Aller en haut de la page
Ouvrir le menu

Gauvain Sers

GAUVAIN SERS

Vendredi 28 juin - 19H40

 

 

Dans la bagnole de son père qui emmenait la famille aux manifs ou voir des concerts de chanteurs engagés, passaient Brel, Brassens, Ferrat… Et aussi Renaud. Son coup de téléphone à Gauvain Sers, lui proposant d’assurer ses premières parties,au Zénith de Paris, en 2016, a propulsé l’ancien ingénieur informaticien, dans le grand cirque de la musique.

 

Les chansons de Gauvain Sers descendent dans la rue. Certaines se chantent le poing levé. D’autres se fredonnent le sourire aux lèvres, le cœur léger. C’est avec ce répertoire charpenté sur deux axes -  social, sentimental - que le Creusois de 29 ans, ori­ginaire de Dun-Le-Palestel nous embarque dans son deuxième album au titre évocateur, Les Oubliés. Ce sont des chansons d’automne mélancolique et de printemps de révolte, où se manifestent les crises et les colères d’aujourd’hui.

 

Armé d’un stylo-caméra, le fan de cinéma photographie les mots. Dans ses chansons, on pousse ainsi des grilles fermées, on ouvre des tiroirs secrets, on farfouille dans des "boîtes à chaussures" égarées, on feuillette des albums-photos jaunis. "Je suis attaché au sens de la famille, à la famille des chanteurs et à la transmission." Rendre hommage aux générations qui nous ont forgés… Un message que Gauvain n’a pas oublié.

 

 

 

 

 

Les Oubliés (clip)

Comme Si C’était Hier (live)