En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies pour améliorer le fonctionnement de notre site.
 Pour gérer et modifier ces paramètres, cliquez ici

Share
Agrandir la taille du texte Diminuer la taille du texte
50 vues

Cadre de vie

La biodiversité

Territoire à l'identité écologique et paysagère affirmée, l’Essonne abrite des milieux naturels particulièrement variés. Elle est également riche de nombreuses espèces animales et végétales.

Héron cendré

Au sein des espaces naturels, les milieux boisés sont majoritaires (environ 86%), mais ils laissent place en de nombreux endroits à des milieux « ouverts » (prairies, pelouses sèches, landes…) variant selon le relief et la nature du sol :

  • Les espaces boisés s’étendent sur 42 150 hectares. Les principales essences forestières sont le chêne sessile, le châtaignier, le charme et le pin sylvestre. On y observe facilement la grande faune sauvage (cerfs, chevreuils, sangliers…). Environ 9000 ha (26 %) sont des forêts publiques aménagées pour la promenade.

  • Les zones humides représentent 5 500 ha (soit 3 % du territoire) et s’étendent principalement le long des vallées. Elles sont composées de milieux variés (prairies, roselières, forêts alluviales, tourbières, plans d’eau, mares…) et présentent un intérêt écologique majeur en accueillant par exemple de nombreux oiseaux d’eau (canards, hérons…). Elles jouent par ailleurs un rôle essentiel dans la régulation des crues.

 

  • Les cours d’eau parcourent plus de 400 km en Essonne. Dix rivières principales jalonnent le département et rejoignent la Seine vers le nord-est : la Bièvre, l’Yvette, la Rémarde, l’Orge, la Renarde, la Juine, l’Essonne, l’École, la Seine et l’Yerres. Les plans d’eau occupent plus de 100 hectares. Ces milieux sont particulièrement riches en oiseaux aquatiques et poissons.


  • Les pelouses calcicoles occupent seulement 905 ha (0,5 % du territoire essonnien). Elles sont localisées sur les versants en exposition sud des vallées du Gâtinais et résultent du pâturage ovin qui y était pratiqué traditionnellement. Une végétation originale composée d’espèces méditerranéennes ainsi que de magnifiques orchidées se développent sur ces sols secs et calcaires. Ces milieux servent également de refuge à de nombreux insectes et reptiles.

 

  • Les platières gréseuses constituent également des habitats relictuels. Elles correspondent à des milieux sableux et rocheux occupant des crêtes, des chaos et des buttes datant de l’époque géologique stampienne (-30 millions d’années environ). Dans les landes à bruyères niche le rare Engoulevent d’Europe, alors que les mares temporaires (appelées « vasques ») hébergent tritons et libellules.


  • Les espaces agricoles traditionnels, et plus particulièrement les anciens vergers présents dans le Hurepoix et sur les versants des vallées, combinent également des intérêts écologique, paysager, génétique et culturel non négligeables bien qu’ils ne couvrent que de petites surfaces (0,5 % du territoire). Quelques vignes s’observent encore sur certains versants, et certains fonds de vallées sont exploités en cressonnières.


  • La nature en ville est aussi un élément important du patrimoine naturel local. Friches industrielles, délaissés urbains et bords de route peuvent en effet accueillir des espèces intéressantes aux portes des zones urbaines. Par ailleurs, plus de deux cents parcs et jardins contribuent  à cette « trame verte » : on y observe par exemple la Tulipe sauvage, espèce protégée au niveau national.

 

Des milieux naturels répartis en fonction du relief et de la géologie
 

D'après une étude réalisée en 2011 par le Conservatoire botanique national du bassin parisien, la flore de l’Essonne présente les caractéristiques suivantes :
- 1 426 espèces végétales inventoriées depuis 20 ans (dont 1 238 espèces sauvages)
- 55% des espèces rares ou très rares
- 1 espèce bénéficiant d’une protection européenne, 9 d’une protection nationale et 87 d’une protection régionale
- 50 espèces en voie d’extinction.

La biodiversité, qu'est ce que c'est ?
Ce terme désigne l'extraordinaire richesse du monde vivant : ce concept englobe la diversité au sein des espèces (diversité génétique) et entre espèces (diversité spécifique), ainsi que celle des écosystèmes (diversité écosystémique) qu'ils soient terrestres ou aquatiques. Il comprend l'ensemble des microorganismes, des champignons, des plantes, des animaux, des milieux naturels (même artificialisés) ainsi que les différentes interactions qui s’établissent entre ces éléments.

- Carte de l'occupation des sols en Essonne
Patrimoine naturel de l'Essonne - Diagnostic de territoire
Suivi ornithologique marais Essonne 2008
Suivi ornithologique marais Essonne 2009
Suivi ornithologique marais Essonne 2010
- Suivi ornithologique marais Essonne 2011

Pour en savoir plus :
- Atlas de la flore sauvage du département de l’Essonne - G. Arnal et J. Guittet, 2004 - Editions Biotope et MNHN
- Les plantes protégées d’Ile-de-France - G. Arnal, 1996 - Editions Biotope
- Les Orchidées sauvages d’Ile-de-France - F. Dusak et P. Pernot, 2002 - Editions Biotope
- Les papillons de jour d’Ile-de-France et de l’Oise - Y. Doux et C. Gibeaux, 2007 - Editions Biotope et MNHN
- Les oiseaux d'Ile-de-France - P. Le Maréchal, D. Laloi, G. Lesaffre, CORIF, 2013 - Editions Delachaux et Niestlé