Share
Agrandir la taille du texte Diminuer la taille du texte
45 vues

Cadre de vie

Economiser l'énergie existante

L'énergie que nous utilisons est essentiellement issue de ressources fossiles (pétrole, gaz, ...) ou fissibles (nucléaire) non renouvelables au rythme de l’utilisation humaine. Pour subvenir à ses besoins énergétiques la France importe près de la moitié de ces ressources.

Centrale électrique

La demande internationale de ressources fossiles est en constante augmentation alors que l’offre, et donc les réserves, décroît. Des évolutions contraires qui tendent à faire augmenter le prix des matières premières fossiles.

Le meilleur moyen de se prémunir de la hausse du prix des ressources fossiles est d'identifier les gisements d'économie d'énergie afin de réduire efficacement les besoins sans dégrader le confort d'utilisation.

Structure de la consommation finale d’énergie par secteur Essonne /  France

Structure de la consommation finale d’énergie par secteur Essonne / France

Source : Données France  DGEMP : Observatoire de l'énergie 2006

Lorsque l’on regarde les chiffres des consommations d’énergie par secteur, l’habitat et le tertiaire ressortent en premier lieu au niveau national et en second sur le territoire de l’Essonne, juste après les transports. Cette différence par rapport à la moyenne française est essentiellement due aux activités du pôle d’Orly qui sont prisent en compte pour moitié dans les consommations de transport du département. L’agriculture et l’industrie sont responsables de moins d’un quart des consommations essonniennes.

En regardant de plus près les chiffres de l’habitat essonnien, on comprend vite que c’est le chauffage des maisons qui influence fortement la consommation d’énergie.

Répartition dans le résidentiel des consommations finales d'énergie

 

Répartition dans le résidentiel des consommations finales d'énergie


Pour faire baisser les consommations des maisons essonniennes, trois principes simples peuvent être adoptés :

• la sobriété énergétique pour limiter les gaspillages ;

• l'efficacité énergétique qui consiste à mettre en place des procédés visant l’amélioration de la qualité des bâtiments (isolation, utilisation d’équipements faiblement consommateurs, ...) ;

• l'utilisation d’énergies renouvelables pour épargner les ressources fossiles. Mis en œuvre dans cet ordre, ces trois principes forment une suite logique d’économie d’énergie engendrant des coûts d’investissements croissants.