En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies pour améliorer le fonctionnement de notre site.
 Pour gérer et modifier ces paramètres, cliquez ici

Share
Agrandir la taille du texte Diminuer la taille du texte
26 vues

Cadre de vie

La gestion et la valorisation des cours d'eau

Les rivières de l'Essonne ont un gabarit modeste. Elles traversent dans le Nord du Département des secteurs parfois fortement urbanisés ce qui entraîne encore aujourd'hui une dégradation importante de leur qualité (Yvette, Bièvre, Yerres, Orge aval). Dans le Sud de L'Essonne (Juine, Essonne, Ecole) les cours d'eau sont davantage alimentés par des nappes d'eau souterraines avec des régimes hydrauliques plus réguliers.

Cours d'eau Essonne

Chacune des rivières est gérée par un syndicat intercommunal qui entretient, aménage et valorise les milieux aquatiques.

Disposer de ce patrimoine naturel est un atout en matière de cadre de vie : le développement et la fréquentation des chemins en fond de vallée, en bord de cours d’eau le montre ; beaucoup de villes mettent en valeur les cours d’eau qui les traversent après leur avoir longtemps "tourné le dos". Il est effectivement loin le temps où on enfouissait les cours d’eau, aujourd’hui on ré ouvre les rivières enterrées comme la Bièvre, la Sallemouille ou le Blutin (travaux en cours).

Pour qu’une rivière soit en bonne santé, il faut
- que son eau soit de qualité satisfaisante : c’est tout le travail sur la maîtrise des pollutions issues de l’assainissement, des ruissellements, de l’agriculture
- qu’elle soit en mesure d’accueillir des plantes et des espèces animales diversifiées, ce qui nécessite de laisser un espace de liberté à la rivière, de rétablir du courant permettant aux espèces et aux sédiments de circuler, de laisser des berges les plus naturelles possibles.

Le Conseil Départemental, par le biais de la CATER (Cellule d'Animation Technique à l'Entretien des Rivières), a choisi de proposer une mission de conseil aux collectivités chargées de l'aménagement et de l'entretien des rivières. Il fait la promotion et aide toutes les actions sur les milieux aquatiques concourrant aux objectifs cités précédemment.

Des aménagements pour rendre vie à nos cours d’eau

Il y a une prise en compte réelle de l’importance de préserver ou de retrouver une biodiversité intéressante sur les rivières et zones humides en Essonne. Un certain nombre d’aménagements mis en œuvre permettent d’illustrer ces efforts.

 

Remise à ciel ouvert de cours d’eau :

La couverture d’un cours d’eau a souvent eu lieu il y a des nombreuses années en lien avec l’urbanisation ou la mauvaise qualité du cours d’eau qu’on a préféré mettre dans un tuyau à l’époque plutôt que traiter les sources de pollution.

En Essonne, les syndicats de rivière ont entamé des travaux de remise à ciel ouvert : sur la Bièvre depuis 2000, la Sallemouille depuis 2007 et le Blutin depuis 2010.

Les travaux réalisés répondent à plusieurs objectifs :
- Améliorer la diversité des milieux naturels
- Retrouver des rivières à l’air libre plus naturelle et accessible pour les habitants
- Lutter contre les inondations

Les techniques utilisées relèvent de ce qu’on appelle le "génie végétal" : il s’agit de conforter les berges à l’aide des plantes qui par leurs racines stabilisent les berges et permettent la diversification des habitats.

 
Avant : la rivière invisible,
enfouie dans un réseau

 
Après travaux de remise à ciel
ouvert
















Les travaux effectués par le SIVOA sur le Blutin ont permis de libérer 320ml de rivière et de recréer les berges de cette nouvelle rivière.

Rétablissement de la continuité des cours d’eau

La présence souvent ancienne de plusieurs siècles des ouvrages hydrauliques (clapets, barrages, ..) donne à nos cours d’eau un visage compartimenté, ressemblant davantage à une succession de plans d’eau. Ceci permettait certains usages hydrauliques mais contribue à un envasement important, à des habitats naturels pauvres et à une circulation très difficile des poissons.

La diminution de la hauteur de l’ouvrage ou si possible sa suppression constituent des solutions de restauration qui redonnent beaucoup de vigueur à l’écologie du cours d’eau et permettent aux espèces animales et aux sédiments de circuler.

Ces aménagements peuvent modifier les paysages liés à la rivière et la perception qu’ont les riverains ou les promeneurs du cours d’eau. Une sensibilisation importante est donc à réaliser mais le fait de retrouver une eau courante plus claire ou le bruit d’écoulement du cours d’eau est généralement très bien accueilli.

Information sur deux exemples de restauration de la continuité en Essonne (décloisonnement de l'Orge et abaissement de clapets sur l'Yerres).

Rivière Yerres en amont du barrage de Suzanne

 
Situation avant
abaissement de l’ouvrage

 
Situation après
abaissement de l’ouvrage
















Aménagement du chenal d’étiage des cours d’eau

De nombreux travaux d’aménagement hydrauliques menés sur nos cours d’eau dans les années 70 – 80 ont consisté à rectifier, recalibrer, curer le lit mineur au détriment de la qualité des habitats aquatiques.

Des aménagements (banquettes végétalisées en pied de berge, déflecteurs, îlots…) peuvent être réalisés pour améliorer la situation et rendre vie et diversité à nos rivières.

 

 

 
Mise en place de banquettes
d’hélophytes

 
Réalisation de déflecteurs
en clayonnage