Share
Agrandir la taille du texte Diminuer la taille du texte
178 vues

Cadre de vie

Environnement

Depuis maintenant de longues années, le Conseil général de l’Essonne a largement investi les problématiques environnementales. Acteur, organisateur de réseau et incitateur, la collectivité développe dans ces domaines des politiques actives et volontaires qui, à plusieurs reprises, ont été récompensées au niveau national.

Vue d'un paysage

L'un des derniers exemples en date a été l’attribution du Grand Prix de l'Environnement pour son action de préservation et de valorisation de l'Espace Naturel Sensible (ENS) des Coudrays à Étiolles.

Son action est guidée par quatre objectifs majeurs : l’adaptation au changement climatique, la préservation de la biodiversité, la préservation et la restauration de la qualité de la ressource eau, et bien sûr la santé et l’environnement.

Ainsi, le Conseil général a développé une politique environnementale volontariste dans le secteur des déchets privilégiant l’adage : le meilleur déchet est celui qui n’existe pas. Il mène régulièrement des campagnes de sensibilisation pour développer la prévention mais agit également pour favoriser et optimiser le traitement. D’ailleurs, il s’est engagé fortement dans la création et la structuration d’une filière d’éco-activités sur notre territoire.

Ce soutien se coordonne efficacement avec la politique départementale menée dans le domaine de l’énergie. Pour lutter contre le réchauffement climatique, il est nécessaire d’intervenir et d’agir dans ce domaine dans lequel de nombreux progrès peuvent être réalisés. Au travers de la vitrine des énergies de l’Essonne ou encore des études faites sur les énergies renouvelables, le Conseil général cherche à soutenir et développer les pratiques exemplaires.

Autre grand secteur d’intervention, l’eau revêt une importance tout particulière dans les actions menées par le Département. Son concours porte essentiellement sur la qualité de l’eau en Essonne que ce soit celle que l’on consomme ou celle de nos cours d’eau. Là encore, des programmes innovants portant sur les bons usages comme l’utilisation restreinte des produits phytosanitaires sont développés.

Les risques majeurs font également partis des domaines d’intervention de la collectivité. Que ce soit la Commission locale d’information sur le nucléaire ou le risque inondation, le Département mène une politique de prévention et d’information sur ce thème.

En outre, depuis plus de trente ans, le Département s’est engagé dans une politique de préservation et d’ouverture au public des forêts publiques situées sur son territoire.
Au-delà de la constitution d’un patrimoine forestier propre de dix massifs d’une superficie de 650 hectares, le Département aide financièrement les collectivités locales pour l’acquisition et l’aménagement d’espaces forestiers. Cette politique se concrétise également par l’appui financier à l’ONF pour la réalisation de travaux d’entretien et d’équipements en forêts domaniales, et la prise en charge des frais de fonctionnement de l’AEV pour la gestion des massifs forestiers régionaux.


Le dernier domaine d’intervention est celui de la protection animale. Outre sa compétence obligatoire de vigilance sanitaire, il a développé historiquement son intervention au travers de son centre départemental d’accueil animalier.

Enfin, des problématiques telles que celles de l’air et de la pollution atmosphérique ou encore celle du bruit sont également prises en compte par le Département.