En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies pour améliorer le fonctionnement de notre site.
 Pour gérer et modifier ces paramètres, cliquez ici

Share
Agrandir la taille du texte Diminuer la taille du texte
108 vues

Cadre de vie

Le réseau ferré en Essonne

Bien que le réseau ferré n'entre pas dans sa compétence, le Conseil départemental a fait de son bon fonctionnement une priorité. Trois RER, des TER et des TGV traversent le territoire du département. Chaque jour, plusieurs dizaines de milliers d’Essonniens empruntent le train.

Transilien

Le réseau ferré régional

Les RER C et D ont été les premiers à voir leur régularité se dégrader avec la croissance du trafic, le manque d’investissements sur l’infrastructure et le vieillissement du matériel. Désormais, des problèmes de régularité redondants se posent également sur le RER B.

C'est pourquoi le Département, après s'être dans un premier temps fait l'écho des usagers, a été à l’initiative d'un Plan d'urgence. Cette action du Département a sensibilisé le Réseau Ferré de France (RFF) et la SNCF, qui ont accepté de signer ensemble une convention pour l'amélioration de la ligne D. Ce plan prévoyait l'embauche de 90 emplois pour la maintenance et la gestion des situations perturbées, l'amélioration des infrastructures, la fiabilisation et la remise à niveau des rames les plus anciennes.

Les schémas directeurs des RER C et D prévoient pour chacun d’entre eux des investissements à hauteur de 500 millions d’euros d’ici à 2020.

Ces investissements sont destinés à améliorer la régularité de ces deux lignes, par exemple, sur le D, en supprimant les conflits de circulation en gare de Corbeil-Essonnes. Ils sont aussi destinés à accroître la capacité de l’infrastructure pour faire circuler davantage de trains.

Sur le C, la restructuration de la gare de Brétigny vise à pouvoir à terme accueillir trois trains en terminus au quart d’heure au lieu de deux aujourd’hui.
Un schéma directeur est également en cours d’élaboration sur le RER B pour restaurer la fiabilité de cette ligne.

A plus long terme, il faudra sur le C réaliser la pose d’une paire de voies supplémentaire entre Juvisy et la Gare d’Austerlitz, sur le D réaliser un nouveau tunnel entre Châtelet et Gare du Nord, ce qui désengorgera le tunnel actuel et améliorera la fiabilité du B.

Le Conseil départemental se mobilise également afin que l’amélioration de la qualité de service et de la régularité constitue un préalable à toute évolution de la grille de desserte.

Le Département défend également un développement du réseau. Dans le cadre des travaux entrepris pour le Grand Paris, le Conseil départemental a obtenu la création de sept gares supplémentaires sur le tronçon du Grand Paris express d’Orly à Versailles qui prendra la forme d’un métro aérien rapide, moins coûteux.

Les niveaux inter-régional et national

Au niveau inter-régional, l’Essonne bénéficie au Nord de la proximité des gares parisiennes mais le Sud Essonne n’est desservi que par quelques TER. A l’échelle nationale, le réseau des lignes à grande vitesse n’est accessible pour l’Essonne que depuis les gares parisiennes ou Massy.

Deux projets de lignes à grande vitesse ont fait l’objet d’un débat public, le projet d'interconnexion Sud des TGV en 2010 et le projet Paris – Orléans – Clermont-Ferrand – Lyon (POCL) en 2011. Le premier prévoit l’implantation d’une gare à Orly et, éventuellement, d’une seconde à Lieusaint, chacune accueillant 86 trains par jour à destination de toutes les régions de France.

Le projet POCL intègre, lui, l’hypothèse d’une gare sud francilienne pouvant être située en Essonne, à Brétigny ou Juvisy, et desservie par une dizaine de TGV par jour, principalement en direction du Nord, de l’Est, du Centre et de l’Auvergne. Le Département a mis en avant ses réserves et exigences concernant l’insertion environnementale du projet sur son territoire, notamment en ce qui concerne la préservation des espaces naturels traversés par le tracé et la prise en compte des nuisances sonores engendrées.

Les projets ferrés

• Le tram train Massy -Evry a fait l’objet d’une enquête publique entre le 6 janvier et le 11 février 2013. Il reliera ces deux pôles urbains et économiques du cône sud francilien de l'innovation.

• Le nouveau pôle multimodal de Massy a été livré en octobre 2012 pour renforcer ce pôle d'échange au croisement des RER B et C

• La restructuration du pôle multimodal de Juvisy-sur-Orge pour améliorer les correspondances entre les trois gares routières (Mairie, Condorcet, Seine), gérer les flux sur le site, développer l'information et la sécurité des voyageurs, faciliter l'accessibilité notamment pour les personnes à mobilité réduite et prévoir l'arrivée du futur tramway Villejuif - Athis-Mons - Juvisy

• La mise à l'étude, dans le cadre de l’Interconnexion sud des LGV, de la réalisation d'une gare TGV sous l'aéroport d'Orly.

• Le T 7, tramway Villejuif – Athis-Mons – Juvisy-sur-Orge participe à la constitution d’un réseau maillé de transports collectifs en site propre. L’objectif est de favoriser l’utilisation des transports collectifs sur l’axe RN 7 et de donner un caractère plus urbain à la RN 7 sur la section concernée par le tramway. Cela permettra d’apaiser la circulation automobile sur ce secteur et de rendre plus confortables et sûrs les modes de déplacements actifs (piétons, cycles) en accompagnement de la création du tramway.
La ligne offrira, par les aménagements en site propre et la priorité aux carrefours des caractéristiques de régularité et de vitesse commerciale favorisant l’attractivité et l’image des transports collectifs. Les infrastructures et le matériel roulant seront accessibles aux personnes à mobilité réduite.
Le projet a été phasé en deux sections successives et complémentaires : Villejuif / Athis-Mons puis Athis-Mons / Juvisy.