La trame verte et bleue

La "trame verte et bleue" (TVB) correspond à un ensemble de réseaux plus ou moins interconnectés d’espaces naturels, verts et agricoles. Ce maillage écologique matérialise les échanges nécessaires qui doivent être maintenus (voire restaurés) entre les différents écosystèmes d’un territoire pour en garantir la fonctionnalité et la pérennité.

La trame verte et bleue, qu'est-ce que c'est ?

La fragmentation et la destruction des milieux naturels par l’urbanisation et les infrastructures sont parmi les principales causes de régression de la biodiversité. D’où la nécessité de préserver et reconquérir les différents maillages des écosystèmes.

Mesure phare des lois issues du Grenelle de l’environnement, la notion de Trame verte et bleue (TVB) vise à permettre les déplacements des animaux, la dissémination des plantes et le bon fonctionnement des milieux naturels. Elle permet de lutter contre la fragmentation des milieux naturels en préservant, confortant ou en reconstituant des échanges naturels à différentes échelles de territoire.

La TVB est donc une démarche qui vise à permettre aux espèces animales et végétales de circuler, s’alimenter, se reproduire… et donc d’assurer leur cycle de vie.

La TVB est aussi un outil d’aménagement durable des territoires, au service de la faune, de la flore… et des habitants. Elle permet d’inscrire la préservation de la biodiversité dans les décisions d’aménagement (urbanisme, agriculture, voies de transport, etc.). Cette notion doit désormais être prise en compte dans les documents d’urbanisme des collectivités territoriales (Plan local d’urbanisme, Schéma de cohérence territoriale).

 

La trame verte et bleue en Essonne

En Essonne, les principales continuités écologiques sont les suivantes.

- l’Arc boisé sud francilien (vaste « écharpe forestière » traversant l’Essonne du Sud-Est au Nord-Ouest),
- les buttes et coteaux boisés,
- les réseaux de platières gréseuses et pelouses calcicoles,
- les réseaux de haies, bosquets et vergers sur les plateaux agricoles,
- les jardins, espaces verts et délaissés en zones urbaines et périurbaines, etc.

- les cours d’eau (Seine, Orge, Yvette, Yerres, Essonne, École et leurs affluents),
- les plans d’eau naturels ou artificiels (étangs, anciennes gravières…),
- les zones humides occupant les fonds de vallées (marais, tourbières…),
- les réseaux de mares et mouillères sur les platières et les plateaux agricoles,
- les sources, etc.

 

Les acteurs de la trame verte et bleue

De nombreux intervenants publics ou privés œuvrent d’ores et déjà en faveur de la TVB : État, Région, Département, PNR, syndicats de rivière, communes, entreprises, agriculteurs, forestiers, citoyens, etc.

L’État et la Région Île-de-France ont élaboré le Schéma régional de cohérence écologique (SRCE). Adopté en octobre 2013, ce document identifie les réservoirs de biodiversité, ainsi que le réseau francilien des continuités écologiques. Il propose également tout un ensemble d’actions afin de préserver et reconstituer ce maillage.

Depuis de nombreuses années, le Conseil départemental de l’Essonne agit également de manière concrète dans ce domaine, dans le cadre de sa politique des Espaces naturels sensibles (ENS) et du Plan départemental des itinéraires de promenade et de randonnée (PDIPR). Il a ainsi constitué un véritable "Réseau écologique départemental de l’Essonne" (REDE) couvrant 45000 hectares de milieux naturels et 2500 kilomètres de chemins.

Adopté en 2011, le nouveau Schéma départemental des espaces naturels sensibles (SDENS) donne donc une place importante à cette thématique. De nombreuses actions (études, acquisitions foncières, travaux de génie écologique, partenariats...) sont déclinées dans ce domaine sur la période 2012-2021.

Quelques définitions...
  • TVB : réseau de continuités écologiques terrestres et aquatiques. Le vert correspond aux milieux naturels et semi-naturels terrestres telles que les forêts, les prairies... Le bleu correspond aux cours d’eau, aux rivières, aux zones humides, aux marais...
  • Continuités écologiques : c’est l’ensemble constitué des réservoirs de biodiversité et des corridors écologiques.
  • Réservoirs de biodiversité : zones vitales, riches en biodiversité, où les espèces peuvent réaliser tout ou partie de leur cycle de vie : reproduction, alimentation, abri...
  • Corridors écologiques : voies de déplacement empruntées par la faune et la flore qui relient les réservoirs de biodiversité.

En complément

DOCUMENTS

 

AUSSI SUR LE WEB