Aller en haut de la page
Ouvrir le menu

"Un changement de cap est indispensable"

Publié le : 14.10.2015, dernière mise à jour : 25.11.2015

Rencontre avec Jean Jouzel, climatologue, directeur du Laboratoire des sciences du climat et de l'environnement (LSCE) à Gif-sur-Yvette et vice-président du Groupe intergouvernemental d'experts sur le climat (Giec).

Jean Jouzel

Jean Jouzel

Jean Jouzel

Qu'attendez-vous de la Cop21, la conférence des Nations-Unies sur le climat qui se déroule du 30 novembre au 11 décembre à Paris ?

Tout simplement que les engagements pris par les pays nous permettent d’atteindre l’objectif fixé : limiter, sur le long terme, le réchauffement climatique à 2°C. Cela passe notamment par une réduction très sensible de nos émissions de gaz à effet de serre. Je pense que nous réussirons à avoir un accord à Paris mais je crains qu’il ne soit pas suffisamment ambitieux. J’attends donc l’événement avec un mélange d’espoir et de circonspection.

Allez-vous y participer, vous et vos collègues du Laboratoire des sciences du climat, basé à Gif-sur-Yvette en Essonne ?

En tant que membre du comité de pilotage, j’ai participé à de nombreuses réunions préparatoires et serai bien sûr présent à divers débats et conférences. Ce sera aussi le cas de certains de mes collègues qui, en lien avec le Giec, ont spécifiquement travaillé sur les aspects scientifiques, aidant à établir un diagnostic sur la réalité du réchauffement climatique.

Cet été a été marqué par des températures particulièrement élevées... Ces épisodes caniculaires sont-ils appelés à se répéter, voire à s’amplifier ?

C’est une évidence. Nos simulations montrent que, si aucun changement n’intervient, nous pourrions connaître régulièrement des canicules. En 2003, moment qui a marqué les esprits en France, l’été était plus chaud de 3° par rapport aux températures moyennes. À l’avenir, cela pourrait atteindre +6 ou +7°C pour les étés caniculaires de la fin du siècle. J’espère que nous n’en arriverons pas à cette situation : un changement de cap total est indispensable dans les 20 à 25 prochaines années. Nous avons donc encore le temps d’agir.

Justement, de quelle manière peuvent agir les collectivités, et notamment les Départements ?

Gérant les questions liées à l’urbanisme, au transport, à l’efficacité énergétique, elles ont évidemment un rôle majeur à jouer. Sur ces volets essentiels, les collectivités doivent multiplier les mesures incitatives.

La Cop21, un événement planétaire... et essonnien

La Conférence de Paris sur le climat va réunir politiques et membres de la société civile venus des quatre coins de la planète. L’enjeu est crucial, ce sommet international devant déboucher sur un accord qui permettra de limiter le réchauffement climatique sous la barre des 2°C.
L’Essonne sera elle aussi pleinement mobilisée. A suivre...

En complément

Aussi sur le web

Site internet de la COP21

Dernières actus

Développement durable

Les lauréats du prix Innovation durable sont…

Jeudi 6 décembre aux Molières, les lauréats du prix Innovation durable ont été récompensés. 30 000 € étaient en jeu cette année, dont 20 000 et une vidéo pour le premier prix. À l’honneur pour cette édition 2018 : une plateforme d’auto-construction,...

Eau

Infographie : l’eau potable en Essonne

En 2015, un foyer essonnien dépensait 545€ pour 120 m3 d’eau consommée. À quoi correspondent ces chiffres ? Comment le Département accompagne-t-il les collectivités dans leur gestion de l'eau ? Notre infographie vous apporte des réponses en quelques...