Aller en haut de la page
Ouvrir le menu

Quand l'ozone rend l'eau potable

Publié le : 21.06.2017, dernière mise à jour : 17.10.2018

En Essonne, les collectivités locales produisent l'eau potable.À Itteville par exemple, l'usine d'eau potable du Syndicat intercommunal d'aménagement, de réseaux et de cours d'eau (Siarce), alimente un bassin de 100 000 Essonniens en captant l'eau dans la nappe phréatique et la rivière Essonne toute proche. Le précieux liquide est assainit avant distribution, notamment grâce à l'ozonation. Explication.

À Itteville, au bord de la route menant à Ballancourt-sur-Essonne, l’usine de production du Syndicat intercommunal d’aménagement des rivières et du cycle de l’eau (Siarce) produit chaque année 5 millions de m3 d’eau potable et alimente 27 communes.

"Nous captons l’eau directement dans la rivière Essonne, mais aussi un peu plus haut, dans la nappe phréatique", indique Sébastien Escrouzailles, responsable d’unité opérationnelle chez Véolia (l’exploitant du site).

 

Réduire l’empreinte environnementale

Evidemment, l’eau n’arrive pas brute dans les cuisines et les salles de bain. Elle est notamment débarrassée des virus, bactéries et autres protozoaires naturellement présents dans les eaux de surface. Parmi les techniques couramment utilisées à cet effet, l’usine d’Itteville a toujours misé sur l’ozonation et a récemment remplacé son atelier ad hoc vieillissant.

Place donc à une unité de production d’ozone nouvelle génération. "Jusqu’à l’année dernière, nous disposions d’un matériel produisant trop d’ozone pour la quantité d’eau que nous avons à traiter. Or ce surplus doit être détruit du fait de sa nocivité pour l’environnement. En adaptant plus finement la quantité d’ozone à la quantité d’eau produite, le nouvel atelier affiche un bien meilleur rendement, est moins énergivore et réduit son empreinte environnementale", se félicite Sébastien Escrouzailles.

Avec l’ajout de chlore, l’ozonation est l’un des derniers maillons de la chaine de production d’eau potable. Avant de passer par l’atelier, elle chemine par un ensemble de bassins de décantation et de filtration qui la clarifie et la débarrasse d’éléments plus ou moins nocifs ou altérant son goût. "Avec tous ces traitements, notre eau est parfaitement conforme aux normes imposées par l’ARS* et la réglementation en vigueur", assure Sylvain Dantu, directeur de l’eau potable au Siarce.

Veiller au cycle de l’eau dans sa globalité

Le site ittevillois pourrait par ailleurs fournir une partie du sud Essonne en eau potable. "La sécurisation des forages est plus compliquée en zone semi-rurale, à cause de certains nitrates notamment", ajoute le représentant du Siarce. "Nous lançons donc une étude pour pallier ces difficultés et être solidaire de ce territoire".

Car au-delà de la production d’eau potable, le syndicat veille à l’ensemble du cycle de l’eau et à la préservation de la ressource. Il est garant de sa qualité, de son environnement, de sa distribution et de son épuration sur un territoire s’étendant de Soisy-sur-Seine au nord du Loiret. "Notre rôle, aux côtés du Département, est de transmettre un véritable patrimoine de l’eau aux générations futures", conclut Sylvain Dantu.

*ARS : Agence régionale de santé

 

 

En complément

Aussi sur le web


Le site du SIARCE : http://www.siarce.fr/

 

 

Dernières actus

Développement durable

Les lauréats du prix Innovation durable sont…

Jeudi 6 décembre aux Molières, les lauréats du prix Innovation durable ont été récompensés. 30 000 € étaient en jeu cette année, dont 20 000 et une vidéo pour le premier prix. À l’honneur pour cette édition 2018 : une plateforme d’auto-construction,...

Eau

Infographie : l’eau potable en Essonne

En 2015, un foyer essonnien dépensait 545€ pour 120 m3 d’eau consommée. À quoi correspondent ces chiffres ? Comment le Département accompagne-t-il les collectivités dans leur gestion de l'eau ? Notre infographie vous apporte des réponses en quelques...