Aller en haut de la page
Ouvrir le menu

Faites le plein… de betteraves

Publié le : 24.10.2018, dernière mise à jour : 24.10.2018

Des voitures qui roulent à la mélasse de betterave sans aucune modification technique. C’est ce que propose Global Bioénergies, entreprise basée à Genopole (Évry), grâce à un procédé de conversion des ressources naturelles en essence. En ligne de mire : l’amélioration de la qualité de l’air.

Global bioénergies produit un carburant moins polluant à base de betteraves©DR

C’est une première mondiale. Et elle a eu lieu cette année en Essonne. Une Audi A 4 a roulé sur le mythique circuit de l’autodrome de Linas-Montlhéry avec, dans son réservoir, un tiers de biocarburant à base de mélasse de betteraves ! La nouveauté ? Cette essence verte peut désormais être utilisée par une voiture absolument normale, qui n’a subi aucune modification.


Moins de CO2, moins de particules

Derrière cette innovation pleine de promesses, Global Bioenergies. Cette entreprise installée au Genopole®* d’Évry a développé un procédé de conversion des ressources naturelles (mélasse de betteraves, paille, copeaux de bois…) en essence. "Notre essence renouvelable réduit drastiquement les émissions de C02 et produit beaucoup moins de particules que l’essence fossile", annonce d’une voix déterminée Marc Delcourt, cofondateur et directeur général de l’entreprise.

Cap à présent sur la première usine de pleine taille. "Notre projet d’usine avec Cristal Union, l’un des premiers producteurs européens de sucre, devrait aboutir d’ici trois ans. Elle transformera chaque année 200 000 tonnes de mélasse sucrière en 50 000 tonnes d’hydrocarbures renouvelables destinés aux marchés de l’essence, du kérosène et aussi à certains marchés de niche comme la cosmétique", complète le dirigeant. Le leitmotiv de Global Bioenergies ? L’amélioration de la qualité de l’air. Selon Marc Delcourt, "notre procédé unique, très innovant, nous permet de relever ce grand défi du XXIe siècle".

Carburant moins taxé

Quid du prix de ce carburant vert ? "Les biocarburants sont systématiquement plus coûteux que les carburants fossiles, mais ils sont moins taxés, de façon que les consommateurs n’aient pas à payer de surcoût", conclut Marc Delcourt. L’essence renouvelable a donc a priori de beaux jours devant elle.

En complément

Aussi sur le web

www.global-bioenergies.com

 

 

Dernières actus

Développement durable

Éco-citoyens, à vous de jouer !

Vous êtes au moins deux Essonniens porteurs d’un projet éco-citoyen ? Environnement, cadre de vie, consommation responsable, vivre ensemble… Proposez votre action sur actionplanete.essonne.fr du 19 novembre 2018 au 20 janvier 2019 et soumettez-là à...

Environnement

L’oiseau rare

Pierre-Yves Henry est un passionné d’ornithologie et il en a fait son métier. Aujourd'hui directeur scientifique au Centre de recherche sur la biologie des populations d’oiseaux à Brunoy, il étudie les populations de volatiles pour mieux comprendre...