La question des produits phytosanitaires

Les produits phytosanitaires dits pesticides : herbicides, insecticides, fongicides... sont des poisons destinés à prévenir l'apparition ou à détruire des végétaux indésirables et des organismes jugés nuisibles comme certains insectes et champignons.

La pollution de l'eau par des pesticides n'est pas un problème spécifique des zones rurales. En zones urbaines les surfaces recevant les produits sont souvent imperméables et par temps de pluie, le ruissellement emporte les pesticides vers les cours d'eau.

Que se soit en zones rurales ou urbaines, les utilisateurs des produits phytosanitaires sont nombreux comme les collectivités (les conseils départementaux, les communes...), l'Etat, les agriculteurs, les entreprises privées (les golfs, les jardineries, les gestionnaires de voies routières et ferrées...) et les particuliers.

La réglementation s’est durcie avec la Loi Labbé du 6 février 2014 et Loi de transition énergétique du 17 août 2015. Elle interdit à partir du 1er janvier 2017 les usages de produits phytopharmaceutiques sur les espaces verts, promenades et forêts, et voiries (avec des exceptions) ouverts au public pour : l’État, les collectivités territoriales et leurs groupements, les établissements publics.

L'exemple doit venir des collectivités

Les routes départementales sont entretenues sans produits phytosanitaires. Les terres-pleins centraux et les ronds-points sont recouverts d'herbes, ou plus récemment par des plantations de sédums qui limitent les interventions humaines.

Le Conseil départemental a mis en place depuis 2007 un nouveau prix du concours départemental de fleurissement intitulé "Trophée Fleur Verte" pour les communes mettant en œuvre des pratiques de gestion des espaces publics respectueuses de l’environnement.

Les actions de sensibilisation dans le département

Pour sensibiliser et aider les communes, le Conseil départemental a développé différents partenariats pour lutter contre les phytosanitaires en Essonne.

En complément

DOCUMENTS


AUSSI SUR LE WEB



Particuliers : quelques conseils

Une utilisation abusive et inappropriée des pesticides peut avoir des effets sur votre santé et entraîner la contamination des récoltes de votre potager, mais aussi de l'environnement (pollution de l'eau, l'air, le sol et les êtres vivants).

la Loi Labbé du 6 février 2014 et Loi de transition énergétique du 17 août 2015 interdisent les usages de produits phytosanitaires pour les particuliers à partir du 1er janvier 2019. Il n’y aura plus de vente en libre-service des produits phytopharmaceutiques (sauf biocontrôle et substances de base) à des utilisateurs non professionnels à partir au 1er janvier 2017.

Le glyphosate, composé principal des produits phytosanitaires vendus aux particuliers, et son produit de dégradation l'AMPA (Acide Aminométhyl Phosphorique) sont les plus retrouvés dans les cours d'eau de l'Essonne. Les informations règlementaires vis-à -vis des risques indiquent que ce produit est nocif, toxique pour les organismes aquatiques et dangereux pour l'environnement. Alors mieux vaut limiter ou mieux supprimer l'usage domestique des pesticides.

De nombreuses méthodes simples et économiques permettent de jardinier sans risque pour la santé et l'environnement :

  • pour désherber de petites surfaces, optez pour un arrachage manuel. Le paillage (écorces broyés, herbes séchées, branches...) et les plantes couvre sol (le millepertuis, le muguet...) empêchent le développement des "mauvaises herbes"

  • les alliés naturels comme les coccinelles vous aident à  débarrasser des pucerons, les hérissons, les oiseaux peuvent vous aider à  débarrasser des limaces et des escargots.

  • la plus simple et la plus esthétique méthode d'entretien dans votre jardin est de laissez la place aux fleurs sauvages comme les coquelicots, les pâquerettes, les roses trémières...

  • L'alternance de culture est un bon moyen de protéger contre la maladie dans le potager.

  • Enfin, tondre la pelouse plus haute favorise le développement du gazon au détriment des mousses et des adventices.


En complément

DOCUMENTS