Assainissement collectif

Assainissement collectif

A l'occasion de son utilisation par l'homme pour des usages domestiques ou industriels, l'eau est le vecteur de nombreuses pollutions. Son rejet dans le milieu naturel pourrait avoir à court ou long terme des conséquences sur la santé, l’hygiène publique et l’environnement. Il est donc important d’assainir ces eaux usées avant rejet dans le milieu naturel.

Le traitement des eaux usées domestiques est un rôle dévolu par la loi aux communes, qui doivent développer un réseau collectif de traitement des eaux usées ou privilégier la voie de l’assainissement non collectif, en fonction des possibilités techniques et financières et du contexte géographique. La qualité de l’eau de nos cours d’eau passe par des systèmes d’assainissement performants.

Le Conseil départemental, par le biais d’une assistance technique, a fait le choix  d’aider les collectivités de taille modeste à mieux gérer leurs systèmes d’assainissement qui peuvent avoir un impact sur le milieu naturel.


Le fonctionnement d’un système d'assainissement collectif / cas de l'Essonne

Le système d'assainissement comprend la collecte des eaux usées à traiter, leur transport et leur traitement avant le rejet dans le milieu naturel.

L'assainissement collectif en Essonne est de type séparatif : les eaux usées (lavabos, WC,...) sont dirigées vers un réseau public spécifique pour être traitées, les eaux de pluie (toitures, voiries) sont peu ou pas polluées et retournent au milieu naturel, souvent par un réseau spécifique.

La situation actuelle de l’assainissement collectif d’une grande partie du nord de l’Essonne présente des particularités issues des efforts importants réalisés à partir des années 60 pour évacuer les effluents domestiques. En effet, de grands collecteurs ont été créés dans les vallées (Orge, Yvette, Bièvre,...) par des syndicats intercommunaux pour évacuer les eaux usées vers de très grandes stations d’épuration traitant les eaux de toute l’agglomération parisienne (station d’Achères uniquement à l’origine, station de Valenton aujourd’hui). Les eaux usées peuvent ainsi être transportées sur plus de 70 km avant d’être traitées et de retourner au milieu naturel.

Depuis plusieurs années, d’autres stratégies sont en œuvre. En effet, ces réseaux d’assainissement qui ont longtemps "couru" après l'urbanisation sont loin d’être complètement efficaces. On évite aujourd’hui l’extension des zones de collecte des eaux usées en reconstruisant les petites ou moyennes stations, voire en créant de nouvelles stations pour soulager les réseaux de transport et les grandes stations d’épuration de l'agglomération parisienne.

En complément

DOCUMENTS